• « Les Australiens descendent de bagnards », « L'Australie est un pays neuf », « L'Australie est fidèle à Sa Majesté britannique », « L'Australie est le pays des Aborigènes », « C'est le pays des grands espaces », « Les Australiens sont des ploucs incultes », « L'Australie est un eldorado »...
    Xavier Pons nous invite dans cet ouvrage à découvrir ce « pays-continent » pour lequel l'intérêt n'a cessé de croître a cours de ces dernières années.

  • L'impression que « tout a déjà été dit » sur les dysfonctionnements du système éducatif et les actions de remédiation possibles est prégnante. Pour autant, nous semblons incapables de trancher des questions éducatives essentielles - véritables serpents de mer pour les professionnels du champ - comme l'aménagement optimal des rythmes scolaires, la démocratisation effective du système éducatif ou encore l'éventuelle baisse de niveau des élèves dans le temps.
    Cette apparente difficulté à avoir un débat serein sur le fonctionnement de l'école doit-elle nous amener à conclure à l'échec de l'évaluation des politiques éducatives en France, voire à son absence ? Analyser les acteurs, les logiques et les effets de l'évaluation réserve quelques surprises.

  • Que font les inspecteurs généraux de l'Éducation nationale, les statisticiens du ministère ou les experts de l'OCDE quand ils disent évaluer l'école française ? Assistons-nous à la mise en oeuvre d'une véritable politique d'évaluation en la matière et quelle en serait la logique ? En éducation, l'évaluation suscite périodiquement des débats depuis plus de quarante ans. Mais au-delà de ces discours, nombreux, les pratiques effectives des évaluateurs, et leur signification politique, sont peu connues.
    Sur la base d'une enquête de terrain de quatre ans auprès des acteurs nationaux de l'évaluation, l'ouvrage retrace l'évolution de cette politique éducative depuis 1958. Il montre qu'en raison des incertitudes caractérisant les attentes des décideurs et des acteurs du système éducatif, et du flou officiel qui entoure la notion d'évaluation, cette politique s'explique principalement par la concurrence que se livrent les évaluateurs entre eux, concurrence qui porte sur le type de connaissance qu'ils peuvent proposer aux décideurs.
    À la croisée de la sociologie, de la science politique et des sciences de l'éducation, l'ouvrage interroge ainsi un aspect peu étudié du système éducatif français et propose un nouveau regard sur les enjeux contemporains liés à sa régulation et au poids des groupes professionnels dans l'action publique.

  • This book addresses current changes of education policies in a context of globalisation. It does so by focusing on the implementation of performance-based accountability policies in France and in Quebec (Canada). It questions the trajectory of these policies, their mediations and their instrumentation in various territories and schools through a theoretical framework which combines a North American neo-institutionalist approach with the perspective of the French sociologie de l'action publique. The book extends the current international literature on English-speaking experiences of hard accountability to research on "soft" accountability policies and proposes a deep investigation in two highly contrasted education systems. This investigation is multilevel and has led to field research both in schools, in intermediate authorities, and in central administrations for three years. The research presented in the book addresses the international literature on accountability in public administration and in education, the current transformations of governance in education, as well as the forms taken by the globalisation of education policies in countries differently exposed to international influences. The comparison highlights a convergent neo-statist trajectory of the performance-based accountability policy in the two countries, various forms of governance by results enacted at the local and meso level, and more intense impacts of these policies on schools and teacher's practices in Quebec than in France.  

     

  • Quelle est l'utilité des comparaisons internationales en éducation ? Comment des comparaisons telles que PISA sont-elles reçues et utilisées dans notre pays à travers le temps ? Peut-on en tirer des leçons en termes de pratiques à importer ou exporter d'un système éducatif à l'autre ? Des questions telles que la dyslexie ou l'autonomie des écoles signifient-elles la même chose dans n'importe quel pays ? Comme à l'occasion de chaque Entretien, des chercheurs et des praticiens confrontent dans ce volume leurs visions dans l'objectif de favoriser les interactions entre recherches universitaires et pratiques professionnelles.

empty