• À partir de la sélection du volumineux Journal de Thoreau et de Walden, Michel Granger a composé un recueil des principaux textes dans lesquels le philosophe américain de la nature interroge son rapport aux animaux. Alors qu'ils sont disséminés dans son oeuvre, le regroupement de ces extraits présente un panorama cohérent de sa réflexion sur l'animalité ; l'anthologie révèle un intérêt pour ceux que Thoreau appelle ses « voisins », voire ses « amis » ; elle montre la persévérance de sa quête méthodique d'information sur ceux qu'il perçoit comme des semblables. Il faut bien entendre la provocation anticonformiste qui sous-tend la préférence pour les « voisins animaux » et le rejet des habitants de Concord auxquels il reproche d'être englués dans le culte de l'argent et les traditions.

    Homme de lettres et philosophe non conformiste, réfractaire à l'emprise de l'état sur l'individu, mais aussi naturaliste précurseur de l'écologie, Henry D. Thoreau a publié de nombreux ouvrages dont les éditions Le mot et le reste ont entrepris la traduction par Brice Matthieussent, remettant notamment au goût du jour un des fondamentaux de la littérature américaine : Walden.

  • Texte intégral révisé suivi d'une biographie de Henry David Thoreau. Écrivain et philosophe, Henry David Thoreau (1817-1862), longtemps considéré comme un apôtre de la désobéissance civile en raison de son célèbre essai politique intitulé La Désobéissance civile (1849), est aujourd'hui reconnu comme l'un des plus grands auteurs américains du XIXe siècle. Vivant à Concord (Massachussets), paisible bourgade dont Ralph Waldo Emerson allait faire un centre culturel important, il devient très vite l'ami et le disciple du philosophe qui encourage sa vocation littéraire. Comme lui, il s'inscrit dans le courant de pensée qui porte le nom de "transcendantalisme" et qui se caractérise par une fusion spéculative de l'éthique et de la religion. Toutefois peu enclin à s'engager dans une profession, il se contente d'être le factotum d'Emerson tout en passant des journées entières à observer la nature. Le 4 juillet 1845, il s'installe au bord du petit lac de Walden, non loin de Concord. Il y passe deux ans et deux mois, dans une cabane qu'il a construite lui-même, se consacrant aux promenades, à l'observation, à la lecture et à l'écriture. Un livre naît de cette retraite, Walden, où la vie dans les bois, son chef-d'oeuvre publié après de nombreuses révisions en 1854. Il y consigne ses réflexions et ses observations, en philosophe, en naturaliste, en essayiste politique, en poète, voire en mystique. Walden, où la vie dans les bois reste aujourd'hui l'un des ouvrages de référence de la contre-culture et de la pensée libertaire et écologiste. Lorsqu'il meurt à l'âge de quarante-quatre ans, en 1862, Henry David Thoreau laisse une oeuvre à son image, multiple et inclassable, qui influencera entre autres le Mahatma Gandhi et Martin Luther King. Sa modernité ne cesse de s'imposer à notre temps.

  • Un plaidoyer d'une rare ampleur, témoin unique de courage et de compassion, qui amena son auteur en prison pour avoir défendu John Brown : celui qui en appela à l'insurrection armée pour abolir l'esclavage.
    Comment alors ne pas penser à Malcom X et à la lutte pour la dignité du peuple noir ?
    Suivi de : De la traite et de l'esclavage des Noirs et des Blancs, un autre texte rare sur le même sujet par Henri Grégoire.
    Format professionnel électronique © Ink Book édition.

empty