Romance

  • Mes amis, mes amours

    Marc Levy

    Quand deux amis de toujours, pères solitaires et trentenaires, réinventent la vie en s'installant sous un même toit. Antoine a convaincu Mathias de venir s'installer à Londres pour y tenir une librairie. Une seule règle : nulle présence féminine à la maison, qui, seule, pourrait mettre en péril l'équilibre de ce ménage peu ordinaire. Pari difficile et séduisant. L'enjeu d'une histoire d'amitié se complique bientôt d'histoires d'amour où les destins se croisent au fil d'une comédie tendre et enlevée.

  • Vertiges

    Lionel Duroy

    Comme il l'avait si bien réussi dans Le Chagrin, Lionel Duroy nous entraîne de nouveau dans les méandres des sentiments humains les plus secrets et s'interroge cette fois sur l'incapacité de son héros à réussir sa vie sentimentale. Qu'est-ce qu'aimer ? Telle est la question.Au seuil d'une séparation qu'il sait de plus en plus inévitable, Augustin observe la femme qu'il aime et avec laquelle il pensait avoir définitivement reconstruit sa vie. Meurtri, déchiré, il est néanmoins tendu par ce désir plus fort que lui de comprendre, et ne peut détacher son esprit des images qu'il convoque pour tenter d'analyser les raisons d'une telle délitescence. Au visage d'Esther se substitue bientôt celui de Cécile, la première femme avec laquelle il a vécu, premier amour fracassé lui aussi, au terme de longues années de vie commune. Tandis qu'il s'interroge sur la répétition de ces échecs amoureux, les souvenirs d'enfance remontent à la surface, toujours obsédants. Rejeté par sa mère dès son plus jeune âge, il se demande de quelle façon répondre à l'attente et au désir des femmes qu'il rencontre ; comment parvenir à fonder une famille quand la sienne, enfant, n'a cessé de se disloquer ; comment surmonter le vertige que provoque chez lui l'évocation du sentiment amoureux. Car le sujet est vaste et chaque question en appelle une autre, en forme de méditation profonde et douloureuse.
    Comment un être croisé par hasard peut-il provoquer chez soi une telle sidération ? Par quel miracle une attirance aussi violente s'avère-t-elle réciproque ? Comment ne pas être ébloui par le plaisir que se donnent deux corps qui s'offrent et qui s'accordent ? Comment réussir à maintenir pendant de longues années cette effervescence magnifique face aux contingences du quotidien ? Que sait-on de cet être dont on croit partager le plus secret de son existence ? Comment affronter ce gouffre qui s'ouvre sous vos pieds quand la confiance mutuelle paraît se fissurer ? À toutes ces questions dévastatrices, Lionel Duroy oppose son implacable obsession de trouver les mots pour le dire. Écrire pour survivre. Écrire pour vivre. " Tout ce qui ne tue pas rend plus fort ", disait Niesztche, Lionel Duroy préfère penser que tout ce qui ne tue pas permet de vivre plus intensément.
    Depuis des années, livre après livre, Lionel Duroy tente de démêler l'imbroglio d'informations, de sensations, d'émotions qui tissent l'histoire d'une vie. Comme il l'avait si bien réussi dans Le Chagrin, et avec ce style parfaitement maîtrisé qui est le sien, il nous entraîne cette fois, dans une veine purement romanesque, à travers les méandres de nos sentiments les plus secrets et s'interroge sur les difficultés de son personnage à réussir sa vie sentimentale.

  • Les soleils du Baboukari

    Luc Couillard

    • 12-21
    • 30 Avril 2014

    Neiges en été, multiplication anormale des cyclones, canicule sur le Mont Everest. Autant de bouleversements climatiques qui intriguent les Gouvernements des pays industrialisés et affolent les populations.
    Quelle est la cause de ces déréglements conjoints : le réchauffement insidieux de la planète ou une action souterraine savamment orchestrée par un génial manipulateur ? Et dans ce dernier cas, qui de Dieu, du diable ou des hommes, tire les manettes ?

  • 1939. L´itinéraire initiatique et amoureux de Gabrielle, orpheline, qui, à l´heure des choix, va s´engager courageusement dans la Résistance en renonçant à son amour impossible avec un officier allemand.

    « Elles sont rentrées toutes les deux, elles parlent peu. Gabrielle est sous le coup de l´émotion, oui, elle va faire ce qu´on lui demande, du mieux qu´elle peut, avec toutes ses jeunes forces, ce n´est pas compliqué, c´est une tâche à sa mesure. Sauver des enfants juifs pour oublier ses erreurs et se racheter... Elle sourit et prend le bras de Mado, elle a envie de lui dire merci mais l´autre ne comprendrait pas. » Gabrielle est une jeune fille dont le destin, en 1939, paraissait tout tracé. Orpheline, née de père inconnu, elle a étéélevée par sa grand-mère qui a choisi de la retirer de l´école à peine le certif obtenu. Gabrielle sera donc serveuse dans le bistrot du village puis bonne à tout faire chez les bourgeois du coin.

    C´est compter sans la guerre qui voit la petite famille s´établir à Aix-en-Provence. La vie y est plus belle qu´à Bonnières, sur les bords de la Seine, surtout pour Gabrielle qui se fait des amis mais se méfie des garçons (les leçons de sa grand-mère n´y sont pas étrangères). Jusqu´à ce qu´elle rencontre l´amour de sa vie. Il est allemand et officier, donc infréquentable même s´il se conduit en humaniste amoureux...

    Ces amours coupables, qu´elle tarde à mesurer comme telles, la mettent progressivement au ban des siens, ses patrons exceptés. Elle quittera donc l´amour de sa vie pour s´engager, courageuse, dans la Résistance avec, chevillé au corps, le sentiment de devoir expier.

    A la Libération, elle sera fêtée pour sa conduite exemplaire mais aussi brutalisée par ceux qui ne veulent se souvenir que de ses amours malheureuses.





    .

empty