Omnibus

  • Le Temps des lilas, troisième et ultime volume de "La Légende de Silsauve", Silsauve la paria, abandonnée des siens, semble avoir trouvé le chemin du bonheur : elle se marie avec Lucas Chambeaux, l'associé de son père.Au moment où Silsauve s'échappe de l'isolement qui avait été son destin jusqu'alors, les autres, au contraire, tous ceux qui l'avaient rejetée voient leur monde s'écrouler petit à petit, et ils rencontrent la vraie solitude, celle où devait les mener leur égoïsme, leur arrivisme, leur insensibilité. Les morts viennent hanter les vivants avec quelque chose qui pourrait ressembler à du remords, et qui est plus sûrement le symbole de leur faillite."Ainsi va se terminer une trilogie dont il appartiendra au seul lecteur de dire si cela se termine bien ou mal, assuré de savoir qu'il n'aimera jamais autant Silsauve que l'auteur l'a aimée."Germaine Beaumont

  • Redécouverte de l'oeuvre puissante de Jean Carrière, écrivain cévenol qui connut le triomphe en 1972 avecL'Epervier de Maheux.Sommaire :Retour à Uzès(1967) -L'Epervier de Maheux(1972) -La Caverne des pestiférés(1978-79) -Le Nez dans l'herbe(1981) -Le Prix d'un Goncourt(1987)On aurait tort de penser à Jean Carrière comme l'auteur d'un seul livre, même si L'Epervier de Maheux,  prix Goncourt en 1972, fut l'un des plus grands succès de l'après-guerre avec plus de 2 millions d'exemplaires vendus ; on aurait tort également de ne voir en l'auteur que le peintre de sa région, les Cévennes, aussi essentielles soient-elles dans ses récits.
    Retour à Uzèsest le roman d'un retour, celui d'un expatrié en Amérique du Sud abandonnant sa femme pour revenir à Uzès, lieu de son enfance, de ses racines essentielles.
    L'Epervier de Maheuxse situe dans une région cévenole en voie de désertification et voit un homme lutter contre la nature afin de trouver une source, combat perdu d'avance.
    La Caverne des pestiférés: en 1835, une petite communauté cévenole s'installe dans une grotte pour fuir l'épidémie de choléra. Elle s'organise. Une fois le danger passé, certains refusent de retourner à la civilisation.
    Le Nez dans l'herbeconsistent en entretiens avec Maurice Chavardes dans lesquels Carrière parle de lui-même et de son oeuvre.
    Le Prix d'un Goncourtest le témoignage apaisé de la grave dépression qui mina Jean Carrière pendant quinze années, prix à payer pour le Goncourt et l'énorme succès deL'Epervier de Maheux.

  • Les années sauvages

    Jean Carrière

     0500 Les Années sauvages, récit d´un homme de cinquante ans qui redémarre sa vie après l´avoir gâchée, inaugure le deuxième volet de l´oeuvre d´un écrivain désormais apaisé. Les cinq romans qui composent ce recueil témoignent de cette liberté retrouvée. Enfin débarrassé des oripeaux de l´auteur à succès que l´on attend, il revient aux sources de son inspiration : la nostalgie du bonheur de l´enfance, la quête quasi mystique, par la littérature, la musique ou la communion avec la nature, d´un absolu ici-bas.
    Voici la vérité d´un artiste qui s´affranchit de son époque pour bâtir une oeuvre éminemment personnelle, puissante et cohérente.

    Avant-propos de Jérôme Garcin Postface de Robert Laffont Présentation et notices de Serge Velay0300AprèsL'Ame de l'épervier, premier volet de l'oeuvre de Jean Carrière, voiciLes Années sauvages, ses cinq derniers romans, habités par les Cévennes, la musique et la nostalgie de l'enfance.Le succès stupéfiant deL´Epervier de Maheux(prix Goncourt 1972, près de deux millions d´exemplaires vendus) plongea Jean Carrière dans une dépression qu´il mit quinze ans à surmonter.
    Les Années sauvages, récit d´un homme de cinquante ans qui redémarre sa vie après l´avoir gâchée, inaugure le deuxième volet de l´oeuvre d´un écrivain désormais apaisé. Les cinq romans qui composent ce recueil témoignent de cette liberté retrouvée. Enfin débarrassé des oripeaux de l´auteur à succès que l´on attend, il revient aux sources de son inspiration : la nostalgie du bonheur de l´enfance, la quête quasi mystique, par la littérature, la musique ou la communion avec la nature, d´un absolu ici-bas.
    Voici la vérité d´un artiste qui s´affranchit de son époque pour bâtir une oeuvre éminemment personnelle, puissante et cohérente.

    Avant-propos de Jérôme Garcin Postface de Robert Laffont Présentation et notices de Serge Velay0400 L´Indifférence des étoiles Achigan Un jardin pour l´Eternel Le Fer dans la plaie

  • Silsauve

    Germaine Beaumont

    Ce premier volet de la trilogie est consacrée à l'enfance de Silsauve. A travers l'histoire de cette fillette malmenée et mal aimée, élevée dans le milieu de la bourgeoisie rouennaise de la fin du XIXe siècle, c'est toute une galerie de personnages inoubliables que nous présente Germaine Beaumont.

    AprèsDes maisons, des mystèresetDes familles, des secrets, publiés en 2006, Omnibus poursuit la publication de l'oeuvre de Germaine Beaumont avec le premier volet d'une trilogie, oeuvre maîtresse qu'elle mit vingt années à achever.
    Cette vaste saga familiale et intimiste est considérée comme le chef-d'oeuvre de son auteur. Elle raconte l'enfance et la jeunesse de Silsauve, petite Rouennaise que le destin n'a pas épargné. Délaissée par une mère perpétuellement souffrante et un père irresponsable, coureur et absent, Silsauve coule des jours heureux chez une de ses grands-mères lorsque celle-ci meurt alors que la petite fille a cinq ans. Elle est alors recueillie par son autre grand-mère, Mme Lorédan, qui ne l'aime pas et lui rend la vie impossible.
    C'est l'enfance blessée de cette petite fille que décrit Germaine Beaumont avec son talent de portraitiste et sa faculté très particulière de mettre à nu le coeur des humains. Thème central de l'auteur, la peinture de la bourgeoisie provinciale (en l'occurrence rouennaise), avec son conformisme et son insensibilité, prend ici une dimension épique.
    Silsauveest dédié à Colette, grande amie et protectrice de Germaine Beaumont, "à qui je dois tout", écrit-elle.

  •  0500Les Maîtres du Mystère.« Je ne suis rien. Les enfants reniés ne sont jamais rien. » Silsauve a aujourd´hui dix-sept ans. Elevée dans un couvent de Dieppe, elle revient dans le giron d´une famille qui l´a toujours ignorée. Autour d´elle, chacun a fait son chemin et récolte ce qu´il a semé. La bourgeoisie rouennaise, les drames feutrés et féroces qui la déchirent, et, au milieu, la jeune Silsauve, à laquelle n´a pas été accordé le don du mensonge, forment un tableau puissant et coloré, peint par Germaine Beaumont avec subtilité et un sens du détail de miniaturiste.0300Silsauve a dix-sept ans. Autour d'elle, les drames se nouent et se dénouent, la famille se déchire, alors que la jeune fille, pure et loyale, arrivée à l'âge de l'amour, voit peut-être la fin de sa nuit.Les Légatairesest le deuxième volet deLa Légende de Silsauve, vaste triptyque romanesque entamé en janvier 2008 parSilsauve, qui évoquait sa petite enfance solitaire chez sa grand-mère qui ne l'aime pas.Quand s'ouvreLes Légataires, Silsauve a dix-sept ans. Nous retrouvons tous les personnages du volume précédent, chacun ayant fait son chemin, et chacun récoltant ce qu'il a semé : autour d'elle, les drames se nouent et se dénouent, la famille se déchire, alors que la jeune fille, pure et loyale, arrivée à l'âge de l'amour, voit peut-être la fin de sa nuit.Il y a du Balzac dans Germaine Beaumont, à sa façon de décrire le milieu de la bourgeoisie provinciale avec ses intrigues, ses jalousies, ses manoeuvres et ses haines recuites. Mais il y a également du Maupassant dans la précision de ses descriptions, dans la peinture de Rouen et de la campagne normande.

  • Histoires enfouies, secrets de famille, maisons silencieuses qui ne demandent qu'à parler constituent le décor de ces récits qui ne manquent pas de mystère.Ce sont trois « romans policiers sans police », selon le mot de Colette. Il y a des secrets de famille, des histoires enfouies que l´on croyait perdues à jamais, des maisons silencieuses qui ne demandent qu´à parler. En butte à la bassesse et au mensonge, des femmes solitaires enquêtent, parfois dans leur propre passé, savent écouter la pierre, les meubles, les jardins, témoins et gardiens de drames oubliés. Elles bouleverseront ainsi l´ordre des choses.

    Il faut redécouvrir Germaine Beaumont (1890-1983), personnalité influente de la littérature du XXe siècle, journaliste, romancière, traductrice, juré Femina, critique et éditrice de romans policiers, femme de radio, où son nom est attaché à la mythique émission Les Maîtres du Mystère.

empty