Les Éditions de l'Hexagone

  • Entre deux âges, l'enfance, l'adolescence, entre deux lieux, la grande clairière, la ville encerclée, Jean Lhomme, Faye Rose et quelques autres, dont un mystérieux narrateur qui les suit, apprennent à être : à exister, à persister, à résister. Ils apprendront l'amour extrême, l'insatiable soif de l'esprit, la révolte obstinée. Mais cette voracité les dévorera petit à petit.
    En tournant le dos au monde, ils font dos à leur propre vie, même en fonçant dans le tas des choses, des autres et des évènements, qui se retournent contre eux. Dans cette position précaire, l'auteur fait leur portrait, qu'il présente comme la face cachée de sa propre histoire, sorte d'autobiographie non autorisée dans laquelle il se reconnaît... au moment même où tout s'achève.

  • Onze

    Dulong Annie

    Ils s'appelaient Leah, Peter, Eva, Ginny, Antonia, Andrew. Peut-être faudrait-il préciser davantage : la couleur de leur complet ou de leur tailleur. Le poids du porte-documents. La commande de café, dans le petit restaurant à la sortie du métro. Les conversations anodines, autour du déjeuner, ou le silence. Les gestes du quotidien, crème à raser, déodorant, chemise, bas. Le visage fermé du changeur dans le métro, son histoire. Ils n'avaient d'autre point commun que de se trouver au même endroit. Ou plutôt au même moment. Le 11 septembre 2001, à New York, quelque part dans le World Trade Center. Juste avant que tout bascule. Ce texte d'une intense gravité, mais d'une infinie délicatesse, met en scène quelques personnages placés au coeur d'un événement pour lequel ils n'ont d'autre certitude que la nécessité de leur survie. Ils ne savent pas que le 11 septembre 2001 deviendra, avec eux, un jour historique. Ils réagissent, seulement.

  • Fleur Després, cette " terrible vivante " dirait Louky Bersianik, serait-elle l'alter égo d'Andrée Ferretti ? La manière d'exister, de penser, d'aimer et de s'engager de la célèbre reporter-photographe dont la vie et l'oeuvre traversent le XXe siècle, pourrait nous le faire croire, mais sera démentie par des événements qui nous forcent à en douter. Comme dans son Bénédicte sous enquête , Andrée Ferretti invente ici un scénario apte à déjouer habilement tous les détectives, amateurs de littérature, qui s'emploient à démêler le vrai du faux. Demeure le classicisme du style. Indéniablement celui d'Andrée Ferretti.

  • Bunyip

    Carmain Louis

    Il cracha sur les flammes, léger grésillement, infime court-circuit, quelque chose comme ça, bruit de l'âme qui s'en va. N'oubliez pas votre promesse, rappela-t-il encore au photographe, le reportage. Et, comme Timothée se taisait, Pisin ajouta, tout en offrant aux flammes une canette vide de Count Cola : votre fixation sur cette frégate a une certaine beauté. Celle de la démesure. Il la mima en étendant les bras horizontalement : la démesure mesurait environ un mètre quatre-vingts. Vous êtes photographe et vous partez à la recherche d'une frégate japonaise échouée sur l'île de Bougainville. Mais c'est plutôt une séduisante Taïwanaise, puis des guérilleros que vous trouvez sur votre chemin. Bientôt, ils deviennent vos geôliers. Et pendant que vous tergiversez dans votre cage de bambou, hésitant entre diverses formes d'évasion, l'épave disparue continue de se désagréger, comme tout le reste.

empty