Genèse Edition

  • " Je hais l'Afrique ! Je hais l'Afrique ! " monologue ce cadre suisse, travaillant pour Nestlé, département lait en poudre. Et pour ce qui est de l'Afrique, il est servi ! Le voilà coincé sur le tarmac d'un aéroport ghanéen avec 353 autres passagers, dans un avion détourné par des terroristes, à côté d'un grand noir athlétique. Et sa femme, Céline, qui s'est entichée d'un pasteur tiers-mondiste criant bien fort le slogan : " Nestlé tue les bébés ! " est partie sur le continent africain en mission humanitaire... S'ensuit une farce féroce, sensuelle et drôle, qui met en boîte le couple, le business et la charité... dans un huis clos hilarant.

  • Paul Maréchal est un jeune homme bien. Bon fils et bon camarade. Le bac en poche, il choisit de poursuivre ses études universitaires en Norlande, un pays au confluent de la France, de l'Allemagne et de la Belgique, en apparence paisible et sans histoire.
    Installé sur le campus de Westburg, l'étudiant en langues germaniques va découvrir ce qui se trame derrière ce décor de verts pâturages au taux de délinquance proche de zéro et qui a troqué nos bonnes vieilles prisons contre un système judiciaire à points. À travers une petite amie presque trop parfaite, une concierge dont les yeux font office de caméras de surveillance, un professeur retors ou un condisciple qui s'affiche nu sur l'échangeur d'une autoroute, le jeune Français bien sous tous rapports est entraîné malgré lui dans la spirale norlandaise et voit petit à petit sa vie basculer.

  • Comment Saül Birnbaum, né à Braunau-sur-Inn, survivant d'une vieille famille de restaurateurs judéo-polonais ouvre un delicatessen à New York, puis réalise son rêve de devenir producteur de films. Le roman raconte comment, par l'entremise du fils notoirement antisémite d'un ex-notable du gouvernement de Vichy, le film mis en scène par le neveu de Saül, John, dont la filmographie comporte en tout et pour tout des communions, des mariages et un sitcom en yiddish, se retrouve primé à Cannes. Comment Saül Birnbaum - hanté par le souvenir de son amour d'enfance, Hilde Hitler, nièce du Führer - recouvre, en fréquentant d'inconfortables salles d'art et d'essai de Manhattan, le goût de la vie, les saveurs du sexe et même les délices du bonheur avec une mystérieuse projectionniste, la belle Hannah, rescapée d'Auschwitz.

  • Allegra

    Paul Couturiau

    Michael Drapper, essayiste londonien, est un spécialiste de Mary Shelley et des autres femmes qui ont gravité autour du poète, dont Claire Clairmont (laquelle a inspiré à Henry James le personnage de la vieille miss Bordereau de Les Papiers de Jeffrey Aspern).
    Habité par son métier, Michael Drapper ne voit pas que sa femme Barbara s'éloigne de lui petit à petit jusqu'au jour où elle lui annonce qu'elle le quitte, emmenant avec elle leur fille de six ans.
    Alors que celle-ci fait ses valises, le téléphone sonne. Caroline Darcy, une amie bouquiniste l'appelle de Florence. Caroline a découvert un manuscrit qu'elle veut absolument soumettre à Michael.
    À Florence, le chercheur découvre qu'il est bel et bien en présence du Journal secret de Claire Clairmont. Dans la chambre où Claire a vécu les dernières années de sa vie, Michael se plonge dans la lecture du manuscrit que, de toute évidence, Claire a écrit pour se libérer d'un sentiment de culpabilité envers sa fille, Allegra, morte à cinq ans.
    En rédigeant son Journal secret, Claire Clairmont, devenue une vieille dame consciente de l'imminence de sa mort, porte un regard implacable sur son existence. On la retrouve ainsi à diverses périodes de sa vie, chacune marquée par une atmosphère différente (et pas nécessairement présentées de façon chronologique).
    Michael interrompt régulièrement la lecture du Journal de Claire par des échanges avec sa femme, Barbara, et son amour de jeunesse, Caroline.
    À la lumière du journal, l'universitaire anglais prend conscience de ses propres lâchetés. Il finit par trouver la force de renouer avec ses aspirations profondes et de s'accorder le droit de vivre ses rêves au lieu de rêver sa vie.

  • Un matin, l'Alfa Romeo rouge d'Alex percute un arbre sur la route du travail. Le neurochirurgien, Sébastien Lemire, est formel : coma de stade 4. Laura s'effondre, se reprend, veut se battre avec lui, pour lui. Elle s'oppose à l'interruption de soins, malgré la recommandation insistante du docteur Lemire. Chaque jour, elle se rend au chevet d'Alex.
    Au fil du temps, Laura cède aux avances du beau neurochirurgien, un homme épris - comme son mari - de littérature et dont le premier roman va être publié. Il lui en lit des extraits. Elle aime.
    À force de négliger son travail, Laura finit par être licenciée. L'idée lui vient alors de rechercher dans l'ordinateur de son mari des entreprises à contacter. Elle tombe sur un document marqué en lettres rouges : « IMPORTANT ! Ce texte est sauvegardé sur une clé USB que je porte sur moi. » Quand Sébastien lui dédicace un exemplaire de son roman intitulé Le Crépuscule de Mirabeau, elle ouvre. le roman de son mari ! L'évidence s'impose : le médecin a volé la clé USB d'Alex, son roman et cherche sans doute à empêcher qu'il ne sorte du coma !

  • Perséphone décide un jour de quitter la maison de ses parents pour « habiter » telle une clocharde sous les ponts de Paris.
    La jeune femme se lie d'amitié avec des personnages aussi pittoresques qu'attachants : Porphyre, le chauffeur de taxi africain qui rêve de sauver son village ; Simone, un pauvre hère malmené par la vie ; Chang, un coiffeur-moine chinois et maître Kung Fu ; Janòs, balayeur de rue, hongrois et ivrogne. Chacun entre dans la vie de Perséphone avec ses drames et ses rêves. Sans qu'il n'y paraisse, Perséphone va les mettre en rapport les uns avec les autres et leur vie à tous va s'en trouver bouleversée.

  • Par un matin d'été, le roi des Belges quitte sa reine et son palais. Il fuit sur sa moto... ce trône qui le fatigue, cette femme qui le déçoit, cette vie royale et insensée. Une crise personnelle qui va engendrer une crise d'État. Le roi a disparu, il faut le retrouver. Le gouvernement se mobilise. Les indépendantistes du Nord du royaume s'organisent. Pendant que le Premier ministre cherche son roi fugueur, le chef de l'opposition flamande fomente un coup d'État pour libérer la Flandre du " joug " belge.
    Le roi fonce sur sa bécane. Direction le Grand-Duché de Luxembourg. Mais sa course folle sera stoppée par une panne sèche... Perdu sur une aire d'autoroute, moqué par une maréchaussée qui ne le reconnaît pas, le monarque est embarqué par une dépanneuse à la rousseur enivrante. Il l'accompagne à travers les vallées ardennaises, dans une quête d'essence... De cette nuée souvent loufoque émergeront des personnages baroques, des sentiments lumineux mais surtout un roi qui honorera enfin le seul rendez-vous qui vaille : le rendez-vous avec soi-même.

  • Le rire en fuite

    Guyette Lyr

    Les nouvelles de Guyette Lyr plongent cruellement dans les abîmes de petits faits ou méfaits de la vie. Elle effeuille les situations, les personnages avec tendresse, drôlerie, humour, désespérance, critique de nos désirs conditionnés. Sa langue est à la frontière d'un imaginaire inconnu qui se révèle au fur et à mesure de la lecture, avec ce petit rien qui fait partie de nous et se déploie insidieusement dans un espace hors du temps. Il y a les apparitions et disparitions des uns, des autres, comme nos propres fantômes, au détour d'un bar, d'une rue, d'une maison, d'une pièce, et pour finir de nous-même. Guyette lyr écrit avec le rire en perte, en dérobade, lorsque les miroirs de nous-même ne sont que les ombres de l'insensé et du déraisonnable.

  • En novembre 2014, Le Nouvel Obs fêtera ses 50 ans.
    Détenteur de la collection complète de l'hebdomadaire, l'auteur parcourt cinquante années d'actualité à travers les articles qui ont tantôt contribué à forger sa formation politique, tantôt alimenté ses réflexions sur la marche du monde et l'évolution de la gauche, tantôt enrichi ses goûts et ses connaissances culturelles. Les événements les plus marquants du dernier demi-siècle sont ici revisités sous le prisme du fidèle compagnonnage avec Le Nouvel Obs en liaison étroite avec l'itinéraire politique et amical de l'auteur.

  • À 2000 km du pôle Sud, une bande d'aventuriers du royaume de Belgique a créé de toutes pièces,entre 2008 et 2009, une station scientifique unique au monde, un prototype zéro-émission, un bijou de technologie expérimentale, porte le la station Princess Elisabeth Antarctica. Chercheurs d'éternité raconte cette aventure extrême.

  • Le temps d'être

    Josse De Pauw

    " Le temps d'être " est un ouvrage d'inspiration autobiographique qui connut un vif succès critique et public à sa sortie en Flandre. Josse De Pauw a puisé dans son quotidien une trentaine de récits tous naturellement drôles et émouvants. " Ode à un stamcafé " raconte, par exemple, en quelques pages savoureuses trente ans de la vie d'un bistrot bruxellois tenu par la robuste Bruna et son mari, Jean-Pierre, ancien coiffeur dans la marine au long cours et expert en big bands. Dans un autre récit, " Le faux mariage blanc ", la verve de l'auteur nous conduit à travers l'histoire surréaliste et hilarante de ses noces. On savourera tout autant l'histoire du cochon " Rops " ou, dans " Alicante ", celle du gamin qui, persuadé que sa soeur est trop grosse pour être aimée pour elle-même, cogne tous les garçons qui s'en approchent.
    Les récits sont entrecoupés de dialogues avec, d'une part, Boken, un alter ego idéal et virtuel, et, de l'autre, sa fille Sara. Ces deux personnages posent à l'écrivain les questions naïves et fondamentales qui donnent à l'ensemble de l'ouvrage toute son universalité.

empty