Belfond

  • Mahé, trente ans, est devenue patron pêcheur à Erquy depuis qu'elle a dû reprendre l'affaire familiale. Dotée d'une belle force de caractère, la jeune femme a réussi à s'imposer auprès de son équipe de marins. Mais, absorbée par son travail, elle a refoulé son douloureux passé : la disparition en mer dix ans plus tôt de son fiancé, et peu après, la découverte de sa terrible trahison. Depuis, Mahé a définitivement renoncé à l'amour. Jusqu'à ce qu'elle croise la route d'Alan, un homme qui, comme elle, passe sa vie à refuser de s'engager.
    Tiraillés entre une irrésistible attirance et le désir de se protéger, aucun d'eux ne voit surgir le danger : leur passé, menaçant, les rattrape brutalement. De terribles épreuves vont-elles de nouveau les tourmenter ? Pourront-ils réapprendre à aimer ?

  • Chaque jour, recommencer : chambre 1, chambre 2, chambre 4, chambre 12... Béatrice, auxiliaire de puéricultrice dans une maternité, est chargée de veiller sur les nouvelles mamans. Une expérience bouleversante pour cette jeune femme vulnérable. La naissance n'a rien du conte de fées promis et l'accouchement met parfois le corps au supplice. Ancienne danseuse nue itinérante dont la vie était rythmée par le son du violon, Béatrice pensait trouver dans son nouveau métier une vie plus « normale ». Mais plus que jamais elle doit composer au quotidien pour harmoniser les soubresauts des âmes et des corps...

  • " La bouche la plus scellée n'empêchera pas un corps de révéler ce qu'on a fait de lui. " Elles sont dix. Mères, soeurs, cousines, petites et arrière-petites-filles, elles vont chercher un oubli à L'Éden, l'institut de beauté d'Alice. Certaines sont au b

  • Désireuse de transmettre son goût de raconter des histoires qui nous ressemblent, Françoise Bourdin parraine huit nouveaux talents sélectionnés à l'issue d'un concours de nouvelles sur le thème du cheval, dont elle a présidé le jury. Huit textes accompagnés par l'auteur, qui ouvre et clôt le recueil avec deux nouvelles inédites.

    Passionnée de littérature mais aussi de voitures, de vitesse ou encore de chevaux, Françoise Bourdin n'a pas craint d'embrasser une carrière hippique et de s'y illustrer, avant de retrouver le chemin des histoires, croisé quand elle avait treize ans. Son oeuvre est nourrie par son amour des chevaux, auxquels elle a consacré pas moins de quatre romans : Comme un frère, Dans le silence de l'aube, La Camarguaise et Mano a mano. Afin de célébrer vingt ans d'étroite collaboration, Françoise Bourdin et les éditions Belfond ont organisé un grand concours d'écriture intitulé " Galop d'essai ". Le jury, présidé par Françoise Bourdin, a sélectionné huit nouvelles pour un recueil qu'elle parraine en l'ouvrant et le fermant par deux textes de sa plume. Dix histoires qui nous ressemblent, et où s'épanouissent des vocations, des voix nouvelles, disant chacune de façon singulière la relation hors du commun qui lie l'homme au cheval.

  • Attention, Mémé Cornemuse est de retour ! Au programme : des meurtres sanglants, un casse dans une bijouterie, une enquête olé olé, le retour d'un fils pas vraiment progigue, le braquage d'une banque - ou presque... en compagnie de Ginette, de Micheline Martini, et de l'indispensable Jean-Claude Van Damme...



    Mémé Cornemuse, fan d'Annie Cordy et de Jean-Claude Van Damme, est une vieille bique, entre Ma Dalton et Carmen Cru, à la sauce belge. Elle a trouvé un emploi de concierge dans un immeuble foutraque... où son arrivée va déclencher des horreurs rocambolesques.
    Ce soir-là, Ginette, une des locataires, gaga de Lady Di, s'envoie en l'air dans un parking et trompe son mari pour la première fois. L'extase est de courte durée ! De retour chez elle, elle découvre le cocu en kit dans son plumard. Ses mains ont été coupées et son zizi est rangé au frigidaire. Panique à bord ! Ginette va mener son enquête tandis que mémé Cornemuse prépare un casse dans la bijouterie d'à côté, avec un ancien braqueur qu'elle héberge dans la cave. Elle fait les repérages et lui, il creuse... Un événement imprévu - l'arrivée d'une criminelle hébergée au couvent d'en face - va bouleverser leurs plans...

  • Trois grands fauves

    Hugo Boris

    Le portrait de trois monstres sacrés : Danton, Hugo et Churchill. En créant entre eux une filiation imaginaire, Hugo Boris dessine une figure fascinante. Qu'est-ce qu'un grand homme ? Où est son exception ?

    Georges Danton, Victor Hugo et Winston S. Churchill : ces trois héros ont en commun d'avoir été confrontés très tôt à la mort, d'avoir survécu et d'y avoir puisé une force dévorante. Trois grands fauves, ou comment défier la mort en trois leçons. Confrontés à leur destin, tous trois sont devenus des prédateurs au sang chaud.
    Dans les veines de Georges Danton coule le sang des taureaux et des porcs qui, tout petit, l'ont défiguré. Dans celles de Victor Hugo, celui d'un ogre dévoreur de femmes et d'enfants. Dans celles de Winston S. Churchill, celui d'un chien fidèle, son " black dog ", ainsi qu'il appelle sa dépression chronique.
    Là où la biographie se veut exhaustive, chacun de ces portraits est volontairement parcellaire et subjectif. À travers des raccourcis saisissants sur les moments clés de leur existence, Hugo Boris crée une dramaturgie implacable et saisit avec intuition des vérités qui échappent aux historiens. Entre ses personnages, il invente ainsi une hérédité imaginaire captivante, celle d'un compagnonnage avec la mort métamorphosé en une exceptionnelle force de vie.
    Un chef-d'oeuvre de style, de précision et d'acuité, à la hauteur des monstres dont il retrace les contours.

  •  0500LE BAISER DANS LA NUQUEHUGO BORISUn premier roman servi par une écriture extrêmement évocatrice. La rencontre improbable d´une femme guettée par la surdité et d´un professeur de piano.Louis et Fanny.
    Un homme et une femme qui se retrouvent chaque jeudi.
    Elle devient sourde.
    Il est professeur de piano.Elle veut prendre de court le handicap, faire le deuil de la musique avant de sombrer dans le silence.
    Les autres jours de la semaine, elle est sage-femme.
    Leçon après leçon, elle raconte.
    Leçon après leçon, il écoute.Une monnaie d´échange.
    Un baiser dans la nuque.
    Qui permettra peut-être de panser une blessure dont elle ignore encore la profondeur...0300La rencontre improbable d´une sage femme guettée par la surdité et d´un professeur de piano. Ils construisent autour de l´instrument de musique une relation particulière empreinte de sensualité.Aujourd´hui, à la Maternité de Dourdan.Louis accompagne sa belle-soeur Aurélie alors qu´elle accouche sous les soins de Fanny la sage-femme. Il comble l´absence de son frère Adrien, mort accidentellement peu avant la naissance.Discutant avec sa patiente, Fanny apprend que Louis est professeur de piano. Fanny est atteinte d´ostéospongiose, qui provoque une calcification dans l´oreille et entrave ses facultés auditives. La maladie s´est déclarée pendant sa première grossesse et gagne du terrain à chaque enfant. Guettée par la surdité, elle décide d´apprendre la musique avant qu´il ne soit trop tard et s´adresse à Louis. D´abord déstabilisé par cette demande, celui-ci privilégie de plus en plus cette élève hors du commun.Les leçons du jeudi avec la sage femme pallient la solitude de Louis depuis qu´Hélène l´a quitté pour devenir mère. De plus, Fanny lui rapporte des bracelets de naissance de la maternité. Tous ont leur histoire. Sans le savoir, elle permet ainsi à Louis d´évacuer le manque provoqué par sa stérilité supposée.Au fil de la baisse des facultés auditives de Fanny, leur lien se noue de plus en plus solidement autour de l´instrument qui devient le lieu d´expression de leur passion. Une seule fois, cette passion prend une tournure sexuelle et Fanny ne revient plus. Le contact est maintenu grâce aux bracelets de naissance qu´elle continue de lui faire parvenir.Dix-sept ans plus tard, un homme frappe chez Louis pour lui annoncer la mort de sa femme, Fanny, et pour lui demander de rencontrer la jeune fille qu´il élève depuis dix-sept ans. Myriam.

  • Il s'était rêvé Don Juan, journaliste de haut vol ou intellectuel viennois fin de siècle... Comment être simplement Jacques, épris de sexe et d'absolus, tiraillé par ses propres contradictions, fils aimant de ses parents envahissants ?
    " Jacques déplia

  • Déçue et trahie par son compagnon, une jeune femme d'origine tunisienne, Leïla, quitte la région parisienne et s'installe en Camargue. Conquise par cette région aux paysages somptueux et cette nouvelle vie de liberté, elle doit pourtant faire face à la méfiance, voire à l'hostilité d'une population attachée à ses traditions et qui ne voit pas d'un bon oeil son implication dans l'organisation d'un festival. Entre secrets et rivalités, amour et trahison, Leïla va-t-elle réussir à s'intégrer et à se reconstruire ?0300Déçue et trahie par son compagnon, Leïla le quitte et part s´installer en Camargue, invitée par Anselme, son ami et protecteur de toujours. Propriétaire d´une manade prestigieuse mais également président d´un festival culturel très populaire dans la région, le vieil homme lui propose de faire partie du comité d´organisation et lui confie plusieurs missions. Dans cet environnement de rêve, Leïla trouve enfin un sens à sa vie ; elle se lie avec de nouveaux amis, dont Tico, le chef de clan d´une communauté de gitans, elle trouve un poste d´auxiliaire puéricultrice à l´hôpital de Montpellier et se consacre à sa passion, l´équitation. C´est ainsi qu´elle rencontre Vincent, le fils unique d´Anselme, héritier de la manade où elle monte régulièrement à cheval. Pilote de ligne, il ne séjourne que très rarement en Camargue, préférant l´ivresse des voyages plutôt que de se retrouver en tête à tête avec son père, avec qui il est en conflit depuis l´adolescence. La rivalité qui les sépare est-elle liée à la disparition accidentelle de la mère quinze ans plutôt ? Idéaliste et passionnée, Leïla va tenter de réconcilier les deux hommes. Mais les secrets sont quelquefois lourds à porter, et il n´est pas toujours bon de les déterrer...

  • Code salamandre

    Samuel Delage

    Yvan Sauvage, expert en art et commissaire-priseur, met la main sur un document ayant trait à l´un des secrets les mieux gardés du règne de François Ier : un itinéraire crypté menant à un dépôt royal. En compagnie de Marion, une jeune étudiante à la Sorbonne, Yvan se lance alors dans un jeu de piste érudit qui se transforme en un périple haletant où l´horreur le dispute au merveilleux...
    Lors d´une vente aux enchères, Yvan Sauvage, expert en art et commissaire-priseur, retrouve son ancien professeur de l'Ecole du Louvre. Victime d´un malaise, celui-ci s´éclipse en oubliant un dossier qu´Yvan Sauvage récupère dans l´intention de le rendre à son propriétaire. Mais le vieil homme décède, et Yvan se retrouve légataire d´un secret prodigieux : le professeur était sur le point de déchiffrer un code de la Renaissance menant à un trésor constitué sous le règne de François Ier. Yvan n´a alors plus qu´une obsession : résoudre cette énigme. Une de ses étudiantes, Marion Evans, entre dans son jeu, et le duo se lance dans l´aventure avec une énergie farouche. Il faut avant tout décrypter les messages codés que recèlent châteaux, statuaires et monuments édifiés par les architectes de François Ier, dont Léonard de Vinci. Puis explorer des itinéraires dont la cartographie occulte et étonnamment précise de la Renaissance a fixé le tracé. Tout à leur quête, Yvan et Marion se montrent inconscients du danger qui les guette. Car un homme épie leurs moindres faits et gestes sous les ordres d´un mystérieux commanditaire. Mais cet espion poursuit aussi un autre objectif, celui de s´emparer de Marion pour en faire la proie de ses obsessions sadiques. Il est déjà passéà l´acte, et son profile ressemble étrangement à celui du serial killer qui rôde dans une banlieue tranquille de Paris. Une course-poursuite s´engage, où la recherche érudite déclenche une traque sanguinaire tandis que piétine l´enquête de police...

  • Sans oublier

    Ariane Bois

    La mort de sa mère, elle pourrait en mourir. Pourtant elle va survivre, et l'épreuve de douleur se fait parcours de réconciliation, de compréhension et de vie. Un roman thérapeutique, une plume trempée dans l'urgence, un roman d'aujourd'hui.



    Elle n'a

  • Derrière la colline

    Xavier Hanotte

    Une réflexion poignante sur la destinée, l'identité, l'amour déçu et cette Grande Guerre qui n'en finit pas de jeter sur les siècles les lueurs et les ombres d'une folie toujours prête à ressurgir. Une redécouverte. Avec une préface de Philippe Claudel, juré du prix Goncourt.

    Récit à la première personne d'un soldat britannique, engagé volontaire dans la sanglante guerre de 14-18, ce roman n'est pas seulement une formidable évocation du quotidien des tranchées ou de l'horreur de la bataille de la Somme. Dans une écriture mêlant harmonieusement souci du détail, échappées poétiques, réalisme impitoyable et vertige onirique, Xavier Hanotte nous livre une réflexion poignante sur la destinée, l'identité, l'amour déçu et cette Grande Guerre, à la fois proche et lointaine, qui n'en finit pas de jeter sur les siècles les lueurs et les ombres d'une folie toujours imminente.

  • Azadi

    Saïdeh Pakravan

    • Belfond
    • 10 Janvier 2019


    Azadi signifie liberté en persan. Il y a ceux qui la rêvent et ceux qui en paient le prix.
    Téhéran, juin 2009. Après des élections truquées et la confirmation d'Ahmadinejad à la tête de la République islamique d'Iran, une colère sourde s'empare de la jeunesse instruite de Téhéran.
    Raha manifeste chaque matin avec ses amis étudiants place Azadi malgré les mises en garde de ses aînés, malgré la répression féroce qui sévit. Jusqu'au jour où sa vie bascule. Après son arrestation, et une détention d'une violence inouïe, ses yeux prendront à jamais la couleur de l'innocence perdue. Mais comme elle s'était battue pour son pays, Raha se battra pour que justice lui soit rendue...
    Tout en levant le voile sur une psyché iranienne raffinée et moderne, sans manichéisme et avec un souffle d'une violente beauté, Azadi dit de façon magistrale le terrible supplice de celle qui cherche, telle une Antigone nouvelle, à obtenir réparation. Et à vivre aussi... dans un lieu où le sort des femmes n'a aucune importance.

  • Ivan est désigné pour être le premier homme à rester plus de quatre cents jours en orbite autour de la Terre à bord de la station Mir. Hugo Boris s'empare d'un décor délaissé par la littérature dite « blanche » pour entrer dans l'intimité d'un homme, le confronter à l'hostilité du vide, à l'absence de gravité. Un homme ordinaire plongé dans le cosmos. Un voyage littéraire dépaysant et inhabituel.
    Ivan a été désigné pour être le premier homme à rester plus de quatre cents jours en orbite autour de la Terre. Tandis que l'Union soviétique plonge dans le chaos, il tourne sans fin. Pour lui, le Soleil se lève et se couche seize fois par jour. A-t-on idée de ce que représente 7000 levers et couchers du Soleil, 437 jours lové à l'intérieur d'une station orbitale, en apesanteur ? Jour après jour, il perd le sommeil, l'odorat, le goût, le maintien de sa colonne. Son corps se délabre, sa clairvoyance diminue, jusqu'à mettre l'équipage en danger dans un accès de folie inconcevable.

    Au fil des mois, les équipages se relaient à ses côtés. Après Viktor et Nikolaï, avec lesquels il est arrivé à bord de Mir, ce sont Georgyi et Nikita qu'il faut accueillir, avant que Bogdan et Sacha prennent leur place. Ivan, lui, ne redescend jamais. Au point qu'il se demande si on ne l'a pas oublié. L'enfermement lui pèse de plus en plus. Lors d'une sortie extravéhiculaire, il se sent convoqué par le vide. Il se voit détacher le filin qui le retient à la station pour se laisser mourir. Mais son compagnon, ignorant la détresse qui est la sienne à cet instant, se met à fredonner dans le casque une vieille chanson de nourrice? En entendant cette berceuse, qui lui évoque la Terre, Ivan renonce à se détruire.

    La souffrance morale, le confinement et la solitude vont peu à peu le rendre disponible à la beauté de ce qu'il voit à travers le hublot, sensible à l'humanité des hommes et des femmes qui lui tiennent compagnie. Il s'entraînait depuis des années, l'esprit entièrement accaparé par la préparation de son vol. Maintenant, il n'a plus d'yeux que pour la planète. Et c'est une nostalgie infinie qui l'étreint lorsqu'à l'ouverture d'un vaisseau ravitailleur, une odeur familière s'échappe : le parfum oublié de la Terre. Elle lui manque comme une femme.

    Hugo Boris propose ici un pur roman initiatique. Le lecteur embarque avec Ivan dans l'espace. Avec lui, il a peur, est traversé par l'humiliation, la nostalgie, le dégoût, la joie infime de serrer un compagnon dans ses bras, le désir d'un corps de femme, l'émerveillement des étoiles qui s'allument dans le hublot. Toute la palette des émotions humaines parcourent Ivan lors de ce voyage, faisant apparaître ce sentiment archaïque : l'attachement viscéral à la planète Terre.

  • - 50%

    À 73 ans, déçue par une existence sans saveur et sans réel amour, Jacqueline Le Gall décide de prendre un nouveau départ. Parce qu'il n´est jamais trop tard pour saisir la vie à bras-le-corps.


    À soixante-treize ans, Jacqueline découvre que son coeur en a dix-sept et abandonne tout, décidée à remonter le temps vers les promesses de sa jeunesse. Marcel, son époux délaissé, affronte la descente de la Loire et toutes les rivières de l´enfer pour partir à sa recherche. Leurs chemins croisent ceux de Paul, ancien prêtre et amateur astronome, fasciné par une étoile morte à l´aube du monde, et de Nane, aristocrate gouailleuse et rebelle, qui panse les plaies des âmes en peine avec les douceurs de l´Île-d´Yeu. C´est auprès d´elle que Jacqueline fera le plus beau des apprentissages : celui de la liberté.



    Ils ont trois cents ans à eux quatre, et leur aventure commence tout juste. Tissée de poésie, d´espoir et de lumière, l´histoire de gens ordinaires qui découvrent qu´il n´est jamais trop tard pour devenir soi-même.

  • Il rêvait d'un trésor unique au monde : un tableau impressionniste sans prix... Ce rêve va le mener de surprise en surprise, et vers des trésors moins coûteux, mais bien plus précieux.

    La trentaine séduisante, Frédéric Solis est un brillant avocat qui

  • Claire, Juliette, Kader et Tisha ont une vingtaine d'années. C'est l'âge des premières épreuves initiatiques, celles que l'on traverse seul. Dans un monde où couple et travail ne sont plus des valeurs certifiées, tous quatre se sont regroupés en colocation. Ils se sont fabriqué une nouvelle famille.
    Amour et amitié se frôlent et parfois se heurtent. Tisha bouscule tout le monde, Claire aime Tisha, Juliette n'aime pas Kader. Il y aura des dégâts, mais la petite bande résiste à la violence du dehors, tente à tout prix de préserver tendresse et solidarité.
    A travers leurs histoires et leurs rencontres - M. Bréhel, Ethan, Daoud - s'ébauche le portrait d'une jeunesse silencieuse qui peine à rêver et à se mettre au monde. Mais une jeunesse qui reste vivante, drôle et lunaire. Une jeunesse qui a compris que l'amour - celui qu'on donne comme celui qu'on reçoit - est un soutien primordial.

  • Isolés en pleine forêt, sept chasseurs prisonniers de la neige et du froid vont tenter de survivre et de lutter contre la folie qui les guette. Survient le drame. Un drame dont le lecteur se rendra complice? malgré lui.Une maison de chasse absente de tous les guides spécialisés. Cinq hommes, deux femmes : des chasseurs de renom qui viennent des quatre coins de l'Europe et ne se connaissent pas. Sept naufragés qui doivent se défendre du froid, de la faim, de la paranoïa qui les guettent. Prisonniers ? D'une île, à la rigueur, mais d'un continent oeils le sont pourtant, encerclés par la forêt glacée. Bientôt, l'un d'eux commence à douter. Et s'ils n'étaient pas victimes du hasard, de la malchance ? Il y a une logique dans l'organisation de ce mouroir, derrière la fatalité de cette neige imperturbable. Au fil des pages, René Derain acquiert la conviction qu'il est condamné, qu'il va mourir. Non pas de froid, de fatigue, de gangrène, mais il sera assassiné.Dans son dos, il sent le souffle d'une intelligence. Il comprend qu'ils sont tous devenus des pantins, prisonniers d'une trame dramaturgique qu'ils ne pourront combattre. À moins que?

  • Dans ce recueil de nouvelles et de romans brefs, Xavier Hanotte nous propose une sorte de « synthèse » de dix années d'écriture en reprenant ses thèmes de prédilection, en confrontant ses différents styles pour nous offrir un livre cohérent dans sa diversité.0500 0300L´Architecte du désastre(roman bref).Belgique, 1940.L´administration militaire allemande s´oppose à la kommandantur locale de la région d´Ypres. Le bureau de la Culture veut épargner un mémorial qui, s´il n´est pas conforme à la vision allemande de l´histoire, n´en a pas moins le mérite d´être l´oeuvre du sculpteur Maxime Réal del Sarte, franc collaborateur à Vichy.Herr Hauptmann, qui prépare une escarmouche contre le bureau de la Culture, convoque soudainementHerr Metzger.Herr Hauptmannveut faire profiter son camp des compétences civiles de Metzger en architecture. Prenant soin de lui imposer les pressions nécessaires, le Major confie àHerr Metzgerune mission en sa faveur. Il doit rédiger un rapport d´expert attestant de la bonne fois du commandement à vouloir protéger le monument de del Sarte.Metzger s´exécute. Il refoule les états d´âme de l´humaniste non patriote qu´il est et se répète sans cesse qu´à défaut d´être sincère, il sera efficace. Mais le rapport qu´il rédige n´a pas l´effet attendu. Quelques jours plus tard, le mémorial est détruit sous les yeux de Metzger conscient qu´il s´est faitl´architecte du désastre.Les personnages des textes suivants (parmi lesquels on retrouve Barthélemy Dussert), qu´ils évoluent de nos jours où au coeur du siècle précédent, sont tous rattachés à des héros de la guerre restés anonymes. Par un travail construit et documenté, l´auteur ressuscite, ces hommes qui sont tombés dans l´oubli malgré leur sacrifice.Composition du recueilPremière partie :Les temps enfuis Sur la place La finale du capitaine ThorpeDeuxième partie :Les temps poreux Près des fleuves de Babylone A la recherche de WilfredTroisième partie :Les temps présents Sauce chasseur Les justes0600 

  • Un jeune homme et une jeune fille que tout oppose se rencontrent en plein coeur de la montagne de Lure...

    Poursuivi par la police pour excès de vitesse, Benoît abandonne sa voiture au bord d'une autoroute de montagne et croise le chemin d'Azza, qui tente d'échapper à un mariage forcé. De son côté, il traverse une période de doutes. Fasciné par le tempérament rebelle et la beauté troublante de la jeune fille, Benoît ne parvient pas à se détacher d'elle. Mais l'hiver arrive et, quand en parfait citadin lui désespère et se plaint, incapable de faire un feu ou de trouver à se nourrir, Azza, elle, a toujours une réponse et une solution à tout.
    />
    L'avocat à l'avenir brillant et la jeune fille indocile parviendront-ils à surmonter leurs différences pour laisser libre cours à leur irrésistible attirance ?

  • Après avoir traversé l'Europe en corbillard avec un macchabée dans le coffre, Gibraltar percute un rhinocéros et entre dans Trois-Plaines. Un premier roman riche en surprises, où se dégagent le style et l'univers déjà très affirmés d'un écrivain prometteur.0500  0300Pour chercher son père, qu´il a quitté dix-sept ans plus tôt et dont il n´a plus de nouvelles, Gibraltar revient à Trois-Plaines, son village natal. Le moins qu´on puisse dire, c´est qu´il n´y est pas le bienvenu. Dans ce décor désertique et caniculaire, alors que Gibraltar reconstruit pierre par pierre un phare en ruines érigé par son père au milieu d´un pré, Emma, L´Esquimau et Gibraltar recollent tour à tour les morceaux de leur histoire dans un village où l´étrangeté est reine.Peu à peu, entre les femmes qui pêchent des poissons dans l´herbe des plaines, les cardiaques qu´on ranime à grands coups de sacs de frites surgelées et les rhinocéros qui volent en deltaplane, le passé refait surface. Et l´histoire familiale de Gibraltar prend forme autour de l´absence d´un père un peu fou et des ravages qu´il a commis sur le village. Mais les plus fous ne sont pas toujours ceux qu´on croit...0600« Dans La Colère du rhinocéros, du jeune Christophe Ghislain, la quête d´un père disparu se transforme en road book à l´univers déjà très affirmé. »Direct Matin« Son entrée en littérature mérite d´être saluée pour son ton personnel et la puissance évocatrice de ses images. »Le Soir« Référence revendiquée. Arizona Dream d´Emir Kusturica a nourri ce premier roman étrange, à la langue poétique, au débit rapide, chargée d´urgence, saturée d´émotions, charriant des images mentales fortes. »Psychologies magazine  "Porté par un style poétique, ce roman délivre l'énigme d'un passé que les trois narrateurs reconstituent par petites touches. Christophe Ghislain est dans la lignée des surréalistes belges."Le Nouvel observateur"[...] le livre est certes à déconseiller aux esprits trop rationnels. Mais ce récit fantaisiste décrit pourtant avec beaucoup d'humour la quête du père et les méandres de vies minées. Incontestablement une touche d'originalité pour cette rentrée! " Métro Belgique" Christophe Ghislain a l´art de transformer les plaines de Hesbaye en décors désertiques de l´Arizona, les mécanos costauds en géants de Steinbeck et les fous du village en créatures étranges et inquiétantes. "Vers l´Avenir"La colère du rhinocérosest un premier roman surprenant. Par son écriture déjà tellement aboutie, par son rythme soutenu, par ses partis pris pleinement assumés, Christophe Ghislain fait son entrée dans la cour des grands. À la fois discret et prometteur d´autres rendez-vous mémorables, qu´ils soient couchés sur le papier ou superbement mis en images."Vers l´Avenir "Christophe Ghislain se rapproche surtout (toutes proportions gardées bien sûr) d´auteurs américains tels que Cormac, McCarthy, Salinger, Russel Banks, Rick Bass, Jim Harrison surtout dans la description des grands espaces qui enserrent les individus dans leurs griffes, modelant leur volonté et leurs mouvements."La voix du Luxembourg"Roman sur la peur d´exister, la force de l´inertie et l´impérieux besoin de s´éprouver au contact de ses semblables, «La colère du rhinocéros» ne peut se réduire à une seule lecture. Il pose d´ailleurs plus de questions qu´il n´en résout, ce qui est en général la marque des textes intelligents et d´une grande richesse."La voix du Luxembourg

  • Un jeune écrivain part à la recherche de Paul Auster avec l'idée de lui faire lire le manuscrit de son premier roman? Sa quête va lui permettre de rencontrer un être exceptionnel. Un magnifique roman initiatique à la poésie envoûtante. Prix Carrefour-Savoirs du Premier Roman 2008    Ainsi débute cette surprenante odyssée new-yorkaise.
       À peine arrivé à New York, Luc se fait voler tout ce qu'il possède, son argent, ses papiers, son unique manuscrit. Au terme d'une singulière nuit d'errance, il trouve refuge auprès d'Alejandro Asturias, poète aveugle au génie méconnu, à qui il confie son rêve américain : rencontrer Paul Auster. Le vieil Andalou accepte d'aider Luc à une condition : qu'il devienne ses yeux et transcrive sa poésie titanesque.
       L'histoire de trois écrivains, Alejandro Asturias, Paul Auster, Luc Kervalec, trois parcours étroitement liés dans lesquels réalité et illusion sont savamment entremêlées, transportant le héros à travers une quête intérieure et initiatique où la littérature reste le personnage majeur. Insolite, drôle et émouvant,Les Constellations du hasardoffrent un roman dont on sort étrangement revigoré, comme sous l'effet d'un bienheureux sortilège.
       L'espoir fou de rencontrer Paul Auster est le fil rouge de ce roman onirique et étonnant, l'amour de la poésie en est la chair.Sélectionné pour le Festival du Premier Roman de Chambéry 2009.

  • Une comédie intelligente et sensible, un regard corrosif et chargé d'autodérision sur LE sport qui déchaîne toutes les passions, le football, pour tous les anonymes du ballon rond qui ont L'Équipe pour bréviaire et Zizou pour dieu. Bienvenue dans le monde des « corpo » !0300Antoine Courant est un footballeur totalement amateur, mais néanmoins passionné et persévérant. Il aime ce sport depuis l´enfance, une passion transmise par son père, qui s´est nourrie au cours de séances familiales mémorables devant le poste de télévision, lors des retransmissions de grands matchs. Marié à Chloé et papa d´un petit Nathan, fonctionnaire tout juste muté dans une administration de province, Antoine intègre le CGAS, l´équipe du Conseil général, et se trouve promu d´emblée milieu axial. Qu´il pleuve, qu´il neige ou qu´il vente, il rejoint deux fois par semaine sept de ses collègues et suit les premiers entraînements avec assiduité et enthousiasme, sous l´oeil totalement indifférent de sa femme. Mais l´optimisme désarmant de notre champion va vite s´étioler. Car le CGAS, en dépit des efforts de Kaiser, coach et maître tacticien incompris, a la particularité de perdre tous ses matchs. Jusqu´au jour béni où les joueurs décident de confier leur sort à Sophie, une femme donc, enceinte de surcroît... et remportent enfin la victoire suprême !Un Footballeur, ou les péripéties et malheurs du CGAS, est une comédie extrêmement sympathique, intelligente et sensible à la gloire non pas les vedettes du ballon rond, mais des anonymes qui livrent contre vents et pluies des matchs sans gloire sur les stades obscurs...

  •  0500« Parfois, les démons nous révèlent ce que le murmure des anges ne nous avait pas permis d´entendre. »Pour sauver sa famille menacée par la junte militaire en Argentine, Luis s´engage dans la guérilla. C´est le prix à payer pour faire passer en Europe sa femme, Ana, et leur bébé. Exilée, Ana trouve refuge en France dans un hôtel tenu par un vieil Argentin. L´enfant y grandit à l´ombre de l´amour fou qui unissait ses parents, et dans le mythe de ce père héroïque dont il réinvente perpétuellement l´histoire pour combler l´absence. Des années plus tard, à la mort d´Ana, il revient dans cet hôtel où il écrit peu à peu son roman des origines pour s´affranchir du poids du passé.Empreint d´une poésie envoûtante, ce roman choral entre ciel et enfer nous emporte dans une traversée où le temps et l´espace cèdent à la volonté des amants de se rejoindre par-delà la vie et la mort. Interrogeant les frontières de l´invisible,Los Demoniosest une bouleversante histoire d´amour qui évoque la mémoire, les tumultes et les crimes de notre temps.Dramaturge, Valérie Boronad codirige une compagnie de théâtre professionnelle, aux côtés de son mari, metteur en scène et comédien. Elle vient de prendre la direction du pôle culturel de Sainte-Maxime. Nominée pour de nombreux prix littéraires à la parution de son premier roman,Les Constellations du hasard(Belfond, 2008), Valérie Boronad a été lauréate du prix Carrefour Savoirs du premier roman.À propos desConstellations du hasard:« Un premier roman qui charme par la fraîcheur de son écriture. »Psychologies magazine« Pour un coup d´essai, c´est un coup de maître. »Livres hebdo« Une plongée au coeur de soi-même. »Questions de femmes0300 À la mort de sa mère, Samuel revient dans l´hôtel où il a grandi et réécrit peu à peu son roman des origines en se réappropriant le passé : l´histoire des siens en Argentine, parmi les trente mille disparus des années de la dictature, la perte d´un père idéalisé, le pays pris en étau entre la guérilla et la junte, et, enfin, l´exil. Éclairant le retour de Samuel, ce roman polyphonique nous livre les voix de Luis, le père disparu, emporté par les périples de la guerre sale (Los Demonios), de Tango, gamin impertinent et drôle trompant sa solitude d´un sempiternel : « peut-être qu´on peut y croire », d´Augusto, vieil Argentin peuplant l´hôtel de ses souvenirs et, enfin, de l´insaisissable Ana qui emporte Samuel à travers les mirages de l´amour.

    Protagoniste fragile et magnifique, cherchant à se réinventer pour échapper au poids du passé, Samuel, épris de liberté, nous livre une fabuleuse quête identitaire à travers les tourmentes des totalitarismes.0600 Page des libraires « Tout ceci sonne très triste, et pourtant cela ne l'est pas ! L'écriture est tellement belle, la plume de Valérie Boronad adopte un lyrisme sans emphase, c'est juste, parfois poignant [...] Superbe deuxième roman de Valérie Boronad... A découvrir. » blog clarabel

empty