Sciences humaines & sociales


  • Ce livre révèle une révolution dans la conception du monde et de la vie. Une révolution déjà accomplie dans des secteurs décisifs de la recherche scientifique mais niée par d'autres, donc ignorée par l'opinion. Il explore la nature de l'être humain et du monde qui l'entoure, à la lumière des connaissances scientifiques les plus récentes, décrites de façon accessible à tous.

    " Il reste de profondes questions à résoudre en science. Beaucoup d'entre elles ont d'importantes implications pour la nature et le sens de la vie. Jean Staune en a une profonde connaissance et la façon dont il les analyse est fascinante. "
    Charles Townes, Prix Nobel de physique, inventeur du laser.
    Jean Staune nous fait voyager à travers l'infiniment petit et l'infiniment grand, les sciences de la vie et les sciences de la conscience. Un parcours fascinant qui nous amène à une incroyable conclusion : la vision classique que nous avons aujourd'hui de l'homme et du monde est aussi inexacte que pouvait l'être au Moyen Âge celle d'un Univers de petite dimension dont la Terre occupait le centre !
    La vision nouvelle issue de cette synthèse nous décrit un monde ouvert sur d'autres niveaux de réalité, où notre conscience ne se résumerait pas à l'activité de nos neurones, où la vie serait inscrite dans les lois de l'Univers. De telles découvertes, qui selon de nombreux scientifiques permettent un " réenchantement du monde ", ont de très grandes implications philosophiques et sociétales. Parmi celles-ci, la possibilité d'un rapprochement, après des siècles de séparation, de nos connaissances rationnelles et des intuitions des grandes traditions religieuses, pour contribuer à donner aux hommes du XXIe siècle une vision unifiée et cohérente du monde.

  • Un voyage passionnant au pays des ouvriers des cathédrales, du chantier originel du Moyen Age à celui d'aujourd'hui. Un an après le tragique incendie du 15 avril 2019, une immersion inédite au coeur même de la cathédrale Notre-Dame de Paris.
    Spécialiste de l'histoire des compagnonnages et de l'univers cathédral, thèmes auxquels il a consacré plusieurs ouvrages de référence, François Icher nous offre ici un voyage original entre le Moyen-Age et le XXIe siècle avec Notre-Dame de Paris pour guide.Au fil des pages, le lecteur est invité à partager un regard croisé qui permet d'apprécier les invariants et les différences entre un chantier médiéval et celui qui se déroule actuellement auprès de Notre-Dame de Paris depuis le tragique incendie du 15 avril 2019.Toutes les étapes de la construction d'une cathédrale sont expliquées avec, en miroir, les enjeux d'un chantier moderne, si éloigné et pourtant si proche de ceux qui se déroulaient aux XIIe et XIIIe siècles.Du maître d'ouvrage au maître d'oeuvre, des premiers jours du chantier à son achèvement, les grandes pages du livre cathédral sont revisitées à l'aune d'une comparaison qui permet de mieux comprendre l'esprit des bâtisseurs, celui des compagnons des métiers de la pierre, du bois, du fer et du verre, sans oublier les nombreux acteurs d'un chantier cathédral qui reste encore à découvrir tant il englobe des domaines souvent ignorés du grand public.Du financement du chantier à son organisation dans l'espace et le temps, de la permanence de certains métiers traditionnels à l'apparition de nouveaux venus liés au numérique, François Icher nous dévoile ici la longue et belle histoire des bâtisseurs, leurs conditions de travail, leurs contributions respectives pour lever ou relever un monument en nul autre pareil.Un voyage passionnant au pays des ouvriers des cathédrales.


  • Compostelle... et après ? De nombreux randonneurs, ayant effectué les mythiques chemins de Saint-Jacques souhaitent découvrir d'autres itinéraires empreints de spiritualité. Ce guide est pour eux !

    En une vingtaine d'années, le chemin de Saint-Jacques a pris un essor considérable. Proclamé " Premier Itinéraire culturel " du Conseil de l'Europe, il est devenu l'un des plus célèbres parcours de randonnée en France, et 200 000 pèlerins arrivent chaque année à Compostelle, en Espagne.
    En s'inspirant de ce modèle, plusieurs chemins de pèlerinage ont été retrouvés ou créés, sur les traces d'un saint ou menant à un sanctuaire. Balisés et pourvus d'hébergements, ils suscitent l'engouement de randonneurs de plus en plus nombreux, en quête de ressourcement, de contact avec la nature et de découverte du patrimoine.
    Ils font l'objet de ce livre, qui évoque les sanctuaires de pèlerinage que l'on peut atteindre au terme d'un chemin - et bien sûr les itinéraires qui y conduisent (histoire et renaissance, patrimoine, cartes et adresses utiles).
    Il présente à la fois les trois grands pèlerinages médiévaux (Saint-Jacques-de-Compostelle, Rome et Jérusalem) ; les autres pèlerinages au long cours (chemins du Mont-Saint-Michel, de saint Martin de Tours, du Tro Breiz, de Saint-Gilles-du-Gard, d'Assise et de saint Colomban) ; une dizaine de parcours de 3 jours à une semaine (vers des sanctuaires célèbres comme Saint-Guilhem-le-Désert, Chartres, Sainte-Anne-d'Auray ou Rocamadour, ou sur les traces d'un saint comme saint Yves, saint Dominique ou saint Jean-François Régis) ; enfin, quinze " pèlerinages d'un jour ", permettant d'arriver à pied vers les grands sanctuaires (Lourdes, Vézelay, la Sainte-Baume, Lisieux, Paray-le-Monial, le Mont-Sainte-Odile, etc.). Au total, 35 itinéraires pour se mettre en route !


  • Le père Denis Ledogar se définit lui-même comme homme de c¿ur et non homme de culte. Clin d'¿il du calendrier, en cette année sacerdotale 2010, il fêtera vingt-cinq ans de sacerdoce. L'occasion de revenir, avec franchise et sincérité, sur les points forts qui jalonnent son existence.

    "Alors, Père Denis, que devenez-vous ?" C'est une phrase que l'on entend souvent dans les rues de Strasbourg ou dans les couloirs de Hautepierre, l'hôpital dans lequel le père Ledogar s'investit depuis 1979, d'abord en tant qu'infirmier anesthésiste puis en tant qu'aumônier. Quand on oeuvre avec les soignants auprès des malades et des mourants, que devient-on après vingt-cinq ans de service ?
    Contre vents et marées, le père Ledogar reste fidèle à sa vocation d'humanitaire au coeur tendre. Mais coeur tendre ne veut pas dire mièvre et, dans ce livre, il n'hésite pas à témoigner de ce qui fait mal : la douleur engendrée par la maladie et la mort, l'avenir des jeunes, le futur de l'Église face aux évolutions de la société.
    Il évoque également son engagement à Lourdes auprès des malades ; "la ruche", la communauté chrétienne née au coeur de l'hôpital. Et surtout sa vie de prêtre. Celle dont il ne regrette rien, prêt à signer à nouveau des deux mains.

  • La découverte d'un paysan extraordinaire dans une vie toute ordinaire" Je suis heureux avec rien, avec rien de ce qui s'achète mais aussi avec rien de ce qui se voit... "Et si Paul Bedel, paysan de la pointe de La Hague resté par choix à la traîne du progrès, vous racontait sa vie d'agriculteur mais aussi ses secrets ? S'il vous révélait ses " houoles ", ses coins pour pêcher le homard ? S'il vous présentait ses vaches, Cabochue, " une vraie teigne ", Échalotte, qui " sentait l'oignon " ou Copine, " toujours sympa avec tout le monde " ? S'il vous parlait " des choses qui n'arrivent qu'aux vivants ", de ses coups de gueule, de ses coups de vie ? Avec le succès du livre Paul dans les pas du père et du film Paul dans sa vie, Paul Bedel est devenu le passeur d'un monde en voie de disparition. Chaque année, des centaines de personnes lui rendent visite pour l'entendre témoigner de ce choix de vie, celui d'une existence toute simple. Avec ce Testament, Paul Bedel vous invite vous aussi à boire une tasse de café accompagnée de petits-beurre, sur une table en bois patinée par les ans, et à l'écouter, lui et ses soeurs. En refermant ce livre, vous aurez le sentiment d'avoir rencontré un homme bon, serein et clairvoyant. L'impression de la terre, son silence et sa liberté. Paul Bedel pensait que sa vie n'avait servi à rien, puisqu'il n'a pas eu d'enfants. Mais, à 79 ans, il est invité à des conférences et a accueilli plus de 7 000 visiteurs chez lui, à La Hague.

  • Onze ans après " avoir été mort ", un homme témoigne du génocide du Rwanda, son pays. Un document bouleversant et remarquablement écrit." Depuis que, le 20 avril 1994, vers 16 heures, je fus découpé à la machette avec quarante-trois personnes de ma famille sur la colline de Mugina, au coeur du Rwanda, je n'ai plus connu la paix. J'avais 15 ans, j'étais heureux. Le ciel était gris mais mon coeur était bleu. Mon existence a soudainement basculé dans une horreur inexprimable dont je ne comprendrai probablement jamais les raisons ici-bas. Mon corps, mon visage et le plus vif de ma mémoire en portent les stigmates, jusqu'à la fin de ma vie. Pour toujours. " Comme celle de tous les survivants, l'histoire de Révérien Rurangwa rejoint l'Histoire. Son récit évoque, avec un réalisme saisissant, l'atrocité du dernier génocide du XXe siècle : celui des Tutsi au Rwanda. Il dit aussi la force de l'instinct de survie et des processus de résilience ; l'impuissance à envisager le pardon quand la justice est bafouée ; l'énigmatique pouvoir du mal et le mystérieux silence de Dieu. Et c'est en cela qu'il parle à tous les Hommes. Révérien Rurangwa, 27 ans, est aujourd'hui réfugié en Suisse, où il se bat pour rendre hommage aux victimes, obtenir des réparations pour les rescapés, pour que les milliers de criminels qui demeurent impunis passent enfin en justice.


  • Giovanni Maria Vian, directeur de l'Osservatore Romano, le quotidien du Saint-Siège, et deux de ses collaboratrices mettent en lumière la personnalité, les perspectives et les choix innovants du pape François : ouverture aux périphéries géographiques et spirituelles, et à l'univers laïque et féminin.

    Témoin privilégié des quatre premières années du pontificat, Giovanni Maria Vian, directeur de l'Osservatore Romano, le quotidien du Saint-Siège, en décrit les grandes lignes et les perspectives, ainsi que les choix innovants du pape François : simplification, élimination de tous les oripeaux spirituels liés aux précédentes cours papales et ouverture - l'Église est appelée à sortir de l'isolement en s'adressant aux périphéries géographiques et spirituelles, et à l'univers laïque et féminin.
    Silvina Perez, journaliste argentine, et Lucetta Scaraffia, historienne italienne, collaboratrices du supplément mensuel de l'Osservatore Romano, " Femmes Église monde " - l'une des innovations les plus significatives du quotidien italien ! - posent un regard bienveillant, mais libre de toute exaltation adulatoire, sur ce pontificat unique. La première, dans un récit passionnant et passionné de la vie et du travail de Bergoglio en Argentine, évoque les circonstances qui ont influencé la formation du jeune jésuite et inspiré ses choix passés et présents. La seconde rappelle comment et pourquoi, depuis son élection, il déconcerte l'Église traditionnelle et surprend la foule en rompant avec la tradition.


  • Figure de la scène française, Robin Renucci, le héros d'" Un village français ", nous dit sa passion du théâtre, sa foi dans l'éducation populaire, son attachement au service public et son espérance humaine et politique dans la rencontre de l'autre.

    " Si je raconte mon histoire, c'est parce que j'ai envie de dire à tous les jeunes gens qui, comme moi, ne sont pas des "fils de' que, dans notre démocratie, avoir un rêve est une chance, mais aussi un droit. "
    Pour des millions de téléspectateurs, le visage de Robin Renucci se confond avec celui de Daniel Larcher, le médecin d'" Un village français ", la série à succès diffusée sur France 3 qui retrace les années d'Occupation. Mais beaucoup ignorent l'histoire de ce fils d'un gendarme bourguignon et d'une couturière corse devenu une figure de la scène française.
    Avec une désarmante sincérité, ce quinquagénaire heureux et père d'une famille nombreuse retrace ici ce qui lui semble être son parcours de Petit Poucet. Un cheminement fait de rencontres et de hasards. Mais surtout de travail et d'engagements, et qui l'a conduit à fonder une association de création théâtrale en corse, l'Aria, à devenir professeur au Conservatoire nationale d'art dramatique et directeur des Tréteaux de France, scène nationale itinérante, toute en menant tambours battants une carrière au théâtre, au cinéma et à la télévision.
    Il nous dit sa passion du théâtre, sa foi dans l'éducation populaire, son attachement au service public et son espérance humaine et politique dans la rencontre de l'autre.


  • Dans cet ouvrage, Laurent Dandrieu dénonce le discours actuel du pape et des évêques sur la question de l'immigration : rappelant les impératifs de charité chrétienne, ils occultent la dimension politique du problème des migrants. Au risque du simplisme...

    " Le chrétien laisse venir tout le monde ", dit le pape François. Pendant que l'Europe, qui n'a déjà pas réussi à intégrer les précédentes générations d'immigrés, est soumise à un afflux de migrants sans précédent, l'Église catholique, plus que jamais, martèle l'unique impératif de l'accueil, donnant l'impression de se faire complice de ce que le pape lui-même a qualifié d'" invasion ".
    Écartelés entre leur fidélité à l'Église et le légitime souci de protéger leur identité et leur civilisation, beaucoup de catholiques ressentent un malaise croissant. Plus largement, les populations européennes sont de plus en plus heurtées par un christianisme qui semble leur dénier le droit à la survie.
    Cette incompréhension est-elle une fatalité ? L'Église est-elle condamnée à être prisonnière de la " culture de la rencontre " tant vantée par le pape, au risque de livrer le continent au chaos sans profit pour les migrants eux-mêmes ? Ou bien existe-t-il une autre voie, qui permette de réconcilier les impératifs de la charité authentique et la défense de la civilisation européenne ? C'est à ces questions que répond ce livre.


  • Partant de la Doctrine sociale de l'Eglise et des enseignements du pape François sur ce sujet, Samuel Rouvillois, philosophe et théologien, réintroduit la " sagesse chrétienne " dans le fonctionnement de l'entreprise.

    Aidés par Samuel Rouvillois, philosophe et théologien, de grands dirigeants, membres du Parcours Perigot, confrontent leur expérience managériale à la sagesse chrétienne et sa réflexion sur les enjeux politiques et sociaux de l'entreprise.
    Mutualisation, éthique de l'argent, révolution de la communication... : autant de sujets pour lesquels ils proposent des solutions afin de répondre aux défis cruciaux des mutations contemporaines et redessiner la voie d'une économie à visage humain.
    Ont participé au Parcours Perigot :
    François Perigot, Pierre Morel, Denis Zervudacki, Bénédicte de Beaufort, Charles Beigbeder, Armand Bongrain, Olivier Campenon, Jacques de Chilly, Gilles Denoyel, Thierry Drilhon, Georges Drouin, Nadine Deswasiere, Olivier Jay, Hubert Joly, Robert Leblanc, Jean-Pierre Letartre, Michel Maupu, Olivier Mellerio, Jean-Pierre Menanteau, Priscilla de Moustier, Vianney Mulliez, Gilles Pelisson, Gervais Pellissier, Luc Poyer, Baudouin Roger, Antoine de Romanet, Geoffroy Roux de Bézieux, Yves de Talhouët, Pierre Tapie, Denis Terrien, Michel de Virville, Claire-Marie Pellegrin, Pierre-Albéric Audemard d'Alançon

  • Dans un monde où le fait religieux et spirituel est en pleine recrudescence, William Clapier s'interroge sur les attraits et ambiguïtés de la spiritualité dans un monde en mutation accélérée. Fort de son parcours de vie et de ses expériences, il précise le contenu des exigences spirituelles et prône un dialogue interreligieux, chemin d'une paix durable pour l'humanité. L'attrait pour l'intériorité et la spiritualité, la méditation et ses différentes approches s'affirme crescendo depuis plusieurs décennies. Par ailleurs, bien loin d'être vouées à l'effacement que leur promettaient les prophètes de l'athéisme, les religions semblent retrouver un regain d'audience. Parallèlement à ce nouvel essor, se multiplient les repliements identitaires d'ordre idéologique, où le religieux et le politique s'entremêlent.
    Le livre de William Clapier puise son inspiration dans la trame de son parcours de vie traversé par une continuelle quête de sens, la foi en Jésus-Christ et le respect de toute autre forme de pensée ouverte au dialogue, qu'elle soit croyante, agnostique, athée. Il est aussi largement redevable aux spiritualités orientales, bouddhistes et hindouistes.
    Évoquer son itinéraire personnel lui permet d'étayer concrètement la dimension spirituelle de la vocation humaine. Comment entrer aujourd'hui au-dedans de soi dans la conscience de l'autre ? Quelles sont les conditions favorables à la vie spirituelle, ses différentes phases, ses écueils, ses repères ? Quel type d'expérience spirituelle est à favoriser pour défendre et promouvoir les valeurs universelles, gages d'humanisme, et relever les immenses défi s sociétaux de notre temps ? Tels sont les axes majeurs d'un essai pleinement en phase avec l'actualité et les enjeux civilisationnels du XXIe siècle.

  • Placé sous l'invocation d'Éros, le livre de Jacques Mazel nous initie, à travers une galerie de personnages empruntés à l'Histoire et à la mythologie (Aspasie, Socrate, Épicure, Aphrodite...), à toutes les formes de l'amour pratiquées dans la Grèce antique. Il en dévoile les rites et les secrets, depuis la couche conjugale, dominée par l'épouse - avant tout mère des enfants et gardienne du foyer - jusqu'au monde de la prostitution, du lupanar sordide, au luxe effréné des grandes courtisanes. Mais c'est sur la palestre, ou au cours du banquet, haut lieu de la convivialité chez les Grecs, que l'homme atteint peut-être l'absolu de la volupté. Pleinement et librement vécu, l'amour pédérastique suscite cet échange d'un genre unique entre l'homme mûr et le jeune garçon, où s'exprime l'essence d'une civilisation. Toujours attentif à l'exactitude archéologique, et cela dans les moindres détails, l'auteur ne sacrifie pas pour autant l'art du récit. Cette fresque de l'amour en Grèce nous est restituée à travers une écriture élégante et sensible.


  • Suite de Jésus de Nazareth, juif de Galilée, ce livre retrace la longue histoire de l'" invention " du christianisme, de la chute du Temple à la conversion de Constantin qui inaugure la chrétienté.

    Dans cette suite de Jésus de Nazareth, juif de Galilée, Didier Long retrace, à la lumière des dernières connaissances du judaïsme antique, cette longue et fascinante histoire que fut la naissance du christianisme.
    Jacques, Pierre ou Paul de Tarse n'étaient pas chrétiens, mais juifs. Leur projet n'était pas de remplacer la Loi juive (Torah) par une autre religion, mais de convertir les païens et de délivrer leur peuple du joug romain - qui conduira à la destruction du Temple en 70 puis à l'anéantissement de Jérusalem en 135. Il faudra près de quatre siècles pour que, de ce premier mouvement messianique juif aux multiples visages, naisse le christianisme.
    Au cours du Ier siècle, Paul et les apôtres vont transmettre l'enseignement reçu de Jésus dans les synagogues de la diaspora de langue araméenne - Palestine, Syrie, Mésopotamie, Babylonie... -, et dans la diaspora juive hellénisée - Asie Mineure, Égypte, Rome... - au coeur de laquelle " s'inventera " le christianisme.
    À partir du IIe siècle, le judéo-christianisme et le judaïsme rabbinique commenceront à se séparer. Une rupture qui sera consommée au IVe siècle avec la conversion de l'empereur Constantin et la tenue des grands conciles qui fixeront l'orthodoxie chrétienne : l'Empire abandonnera les cultes païens pour se tourner vers le Dieu UN d'Israël via le culte chrétien. Naîtront alors véritablement les deux religions que nous connaissons, toujours jumelles.
    Ancien moine bénédictin, Didier Long a suivi des études de théologie et de philosophie à l'Institut catholique de Paris. Historien du judéochristianisme, bibliste, il a publié plusieurs ouvrages dont Défense à Dieu d'entrer, Pourquoi nous sommes chrétiens, Jésus, le rabbin qui aimait les femmes et Jésus de Nazareth, juif de Galilée (Presses de la Renaissance).


  • Exposant les spécificités du modèle républicain et laïc français - qui, face à la globalisation des religions et au communautarisme, est le seul à garantir le principe de solidarité et d'égalité -, Patrick Banon nous donne les clés pour préserver notre vivre-ensemble.

    Remise en question du principe d'égalité femmes-hommes, refus de la mixité, symboliques vestimentaires, particularismes alimentaires et calendriers alternatifs, radicalisation et financement des cultes, difficultés grandissantes de management dans les entreprises, les hôpitaux et les établissements scolaires : la globalisation des religions fragilise de plus en plus la cohésion sociale, les identités et les certitudes. Entre flou juridique, ambiguïtés politiques et replis communautaires, certains, frappés de " sidération culturelle ", en viennent jusqu'à douter du principe même de laïcité.
    Au sein de notre République indivisible, laïque et sociale, notre vivre-ensemble est aujourd'hui menacé.
    Dévoilant le fonctionnement des systèmes de pensée religieux, et l'impact réel de leurs rites et symboles sur la société, Patrick Banon met en lumière la singularité du principe français de laïcité, sa fragilité et sa force, et nous donne les clés pour mieux comprendre l'immense défi lancé à Marianne : sauver - sans se trahir - son modèle social, d'égalité et de solidarité.


  • La découverte d'un Patrick Poivre d'Arvor intime et sincère, qui assume ses paradoxes et confie avec pudeur les valeurs humanistes qui fondent sa vie.

    " Solitaire et solidaire, cet homme-là sait qu'il est un héros de passage. Et que de savoir cette vérité le grandit chaque jour un peu plus, l'humanise, le fait écrire, aimer, donner, se perdre autant que gagner son paradis. Un jour, peut-être, enfin, il ne sera plus l'enfant qui joue aux dés dont parle Héraclite. L'enfant grave, concentré, préoccupé, seul au monde et que le monde regarde. Il sera un homme heureux. "
    Olivier Poivre d'Arvor
    Au détour d'une conversation amicale et à travers divers documents qu'il a lui-même choisi, Patrick Poivre d'Arvor se dévoile et se confie avec pudeur et sincérité sur son cheminement intérieur et les valeurs humanistes qui fondent sa vie.
    Se révèle un homme profondément sensible et attachant qui assume ses contradictions et ses paradoxes.
    Un homme pour qui l'essentiel est de rester debout coûte que coûte, de " tenir et se tenir ".

  • Intégrer la dimension éthique dans toutes nos décisions et actions : but généreux, mais qui peut sembler hors d'atteinte dans la vie professionnelle, où l'on est quotidiennement confronté aux nécessités économiques. Or, bien des difficultés, dans le management d'une entreprise, sont dues à une mauvaise prise en compte des aspects humains. Pour remédier à ces conflits et à ces dysfonctionnements souvent désastreux, nous devons donc remettre l'éthique, c'est-à-dire la loyauté, l'altruisme et la disponibilité, au coeur des rouages de l'entreprise. Comme le montre Jacques Benoit, ce renversement des priorités est tout à fait possible, et l'éthique constitue même un capital précieux. Tirant des enseignements de ses réussites et de ses échecs, celui qui fut le premier patron noté et élu n'apporte pas de réponse toute faite, mais propose à chacun des pistes pour trouver sa réponse. À mille lieues de l'éthiquement correct, la simplicité de son propos permet de comprendre l'essentiel par le bon sens et l'intelligence du coeur. Facile d'accès et libre de ton, cet ouvrage dépasse, par son message, le strict cadre de la vie dans l'entreprise. C'est à chacun qu'il s'adresse : en effet, nous sommes tous concernés par cette dimension d'amour et d'éthique, en famille, avec nos amis, nos collègues, nos relations, et dans toutes les situations de la vie quotidienne. L'éthique selon Jacques Benoit : une réponse simple et efficace au désordre du monde.

  • En trois ans, les travestis ont conquis le bois de Boulogne et une partie de Pigalle. Aujourd'hui, ils sont 700 - dont 400 Brésiliens - et représentent le dixième de la prostitution totale de la région parisienne. Pour en savoir plus sur ces nouveaux mercenaires du sexe, Élisabeth Salvaresi a vécu, plusieurs mois, parmi les travestis. De ce voyage au pays de la nuit, elle rapporte le récit dur et cruel de vies singulières et étonnantes. Ainsi, nous fait-elle partager l'existence de Mimi, prostituée bretonne et transsexuelle, celle de Dune l'hermaphrodite, de Rita et Luna, les Brésiliennes. L'histoire de leur vie - exil, déracinement, prison, drogue... - est, en soi, une descente aux enfers, où la réalité dépasse toutes les fictions. Cette enquête, où foisonnent anecdotes et histoires vécues, est, à la fois un roman-vérité, et un document de premier ordre sur l'univers parallèle de ces êtres au sexe impossible.

  • Des centaines de milliers de femmes vivent, actuellement, avec un homme qui est déjà un papa. C'est un véritable phénomène de société. Hier, ces femmes auraient épousé des veufs ; aujourd'hui, elles épousent des divorcés. Cela change tout : la maman des enfants, qui est aussi la première épouse du père, existe encore et sa place n est pas à prendre... Envers les enfants de son compagnon, comment les deuxièmes épouses doivent-elles se définir : marâtres, belles-mères, secondes mamans, copines... ou, tout bonnement, femmes de papa ? Le propos de ce livre est d'énoncer, à voix haute, les problèmes communs à toute cette nouvelle génération de belles-mères, qui n'a encore ni modèle (hormis la marâtre de Cendrillon), ni mot exact pour se présenter... On parle de famille reconstituée, mais quel rôle la belle-mère moderne doit-elle y jouer ? Le temps d'un week-end (cas le plus répandu), ou tous les jours de la semaine, comment établir un modus vivendi agréable, et une relation affective réelle avec l'enfant du père ? Quels sont les droits, les devoirs... et les désirs profonds de nos nouvelles marâtres ? Cet ouvrage est une enquête, où tous les membres du cercle familial tentent de répondre à ces questions : s'y expriment les belles-mères concernées, les papas, les beaux-enfants... et les vraies mamans. Chacun témoigne ici de son expérience, livre sa pensée et le fond de son coeur. Quel que soit le point de vue, le constat est le même : on élabore, ensemble, une nouvelle cuisine familiale.

  • Un XVIIIe siècle étrange et neuf. Inquiétant même... Ni dentelles, ni galanteries, ni parties fines, ni même Casanova, mais une troublante obsession qui, vers 1750, s'empare des médecins et des pédagogues, et les conduit à une étonnante invention, celle d'une maladie plus ravageante que la petite vérole : la masturbation ! Contrairement à l'idée reçue, ce fut, en ce siècle des Lumières, le discours scientifique qui s'avéra plus répressif que celui de l'Église. L'un des grands mérites de ce livre, vient de ce qu'il refuse de céder aux préjugés à la mode : le discours du théologien, celui du mystique, du médecin, du philosophe, du pédagogue, sont analysés avec un parti pris d'objectivité, qui les préserve des réductions abusives, et des anachronismes intellectuels. Combien, après sa lecture, paraît simpliste la vision d'un passé uniformément répressif, et combien dérisoire notre bonne conscience libérale ! Ce non-conformisme (qui est aussi une leçon de probité) ne manquera pas de susciter débats et polémiques chez les adeptes du prêt-à-penser. Ce siècle des Lumières, revisité par le biais de sa morale sexuelle, nous vaut un livre dérangeant et remarquable.

  • Deux spécialistes chrétiens de l'accompagnement des personnes en souffrance démontrent qu'unir les trois dimensions physique, psychologique et spirituelle de la nature humaine est le secret d'une vie épanouie.Deux spécialistes de l'accompagnement des personnes en souffrance démontrent qu'unir les trois dimensions physique, psychologique et spirituelle de la nature humaine est le secret d'une vie épanouie.
    Aujourd'hui plus que jamais, l'être humain réclame d'être écouté, accompagné et accueilli dans toutes les dimensions de son être. Mais il est malaisé de discerner, au milieu d'un grand nombre de propositions, celle qui conviendrait le mieux. Les auteurs confrontent les trois accompagnements les plus répandus actuellement - la psychothérapie, l'accompagnement spirituel et la libération intérieure - pour les évaluer, les comparer et préciser leurs différences, leurs complémentarités. Leur objectif est de cerner la valeur propre de la démarche de libération intérieure, qui a lieu dans le cadre de l'accompagnement spirituel pratiqué dans l'Église depuis deux mille ans, et d'en préciser les modalités face aux sciences humaines et aux approches thérapeutiques. En tant que soignants, ils ont été amenés à distinguer le psychique du spirituel, puis à préciser leur délicate articulation. Ils travaillent en pluridisciplinarité avec la compétence de chacun (médecins, psychiatres, psychologues, philosophes et théologiens). Ils ont fondé les sessions " Anne-Peggy Agapè " qui ont accueilli et accompagné plus de 6 000 personnes, laïcs, prêtres et religieux depuis 2001. Unir les trois dimensions physique, psychologique et spirituelle de la nature humaine, tout en les distinguant soigneusement, est pour les auteurs une nécessité aujourd'hui urgente pour venir pleinement en aide aux personnes qui la demandent.

  • Chronique littéraire, artistique et politique de 1840 à 1940, cette saga d'une famille bien française révèle, au-delà des images d'Epinal, le vrai visage de la tribu Daudet.

  • Passé à la postérité pour son célèbre ouvrage de gastronomie, Physiologie du goût (1825), le nom de Brillat-Savarin reste attaché à une image de joyeux savoir-vivre. Mais sait-on que, derrière le jouisseur et le moraliste, se cachait un homme complexe, dont la vie fut des plus romanesques ? Né à Belley dans le Bugey, en 1755, Brillat-Savarin manifesta, dès ses débuts, de multiples talents : il fut tour à tour avocat, musicien, homme politique... En 1789, on le trouve député aux États généraux. En 1793, pour échapper à la Terreur, il s'enfuit en Suisse puis, via Rotterdam, en Amérique, où il devient premier violon de l'Opéra de New York. De retour en France, tandis qu'il siège à la Cour de cassation, il fait la fête et développe sa science du bien manger. Sa réputation d'homme de goût grandit dans les salons. Il écrit des textes juridiques et d'économie politique, mais aussi des contes grivois... À sa mort, on vendra son Stradivarius pour une bouchée de pain. Puisée aux meilleures sources et élaborée à partir d'un travail d'archives original, cette biographie est - bien sûr ! - savoureuse.

  • A la veille d'échéances électorales importantes, deux journalistes spécialistes des questions d'environnement, font une enquête sur la galaxie écologiste : les hommes, leurs rites et leurs discours.

  • Nous sommes tous des usagers de l'administration. Tous, un jour, nous avons manifesté notre rage devant des règlements que nous estimions injustes, devant des décisions qui bafouent de toute évidence nos droits, qui semblent dictées par la plus flagrante mauvaise foi. Le droit, et Paul Legatte le démontre brillamment, ne s'accommode pas des cas particuliers, trop spécifiques pour être pris en compte sauf à les juger en équité, c'est-à-dire au-delà de la loi. Un homme, en France, en a la tâche, aidé par de nombreux collaborateurs : c'est le Médiateur de la République, l'ultime recours du citoyen face à une décision abusive émanant de l'administration ou du Conseil d'État. Affaires sociales, prestations et allocations ; secteur fiscal, imposition sur les personnes et les sociétés ; problèmes de successions ; questions douanières ; litiges d'urbanisme ; responsabilité de la puissance publique, ouvrages publics engendrant des dommages ; retraits de permis de conduire, etc., bref, toutes les relations du citoyen et de l'administration : tel est le domaine d'intervention du Médiateur de la République. Pour chacun de nous, pris dans les filets d'une situation inextricable, le Médiateur a le pouvoir d'assouplir le droit. Trop souvent, nous l'ignorons, et négligeons de faire appel à lui. C'est à découvrir cette fonction, et l'homme qui l'incarne, que nous invite Paul Legatte, au nom du principe d'équité.

empty