À propos

" Renverser les rapports de pouvoir aboutit à inventer, à créer, à ouvrir les possibles de la poésie quotidienne des vies que l'on dit minuscules et qui n'en sont pas moins belles, et souvent d'une dimension échappant aux optiques altérées des détenteurs du pouvoir de la langue. " Cécile Canut La langue française est le produit d'une histoire. Elle s'est patiemment construite à partir du xviie siècle, à la faveur de préoccupations d'ordre plus souvent politique que culturel. Homogénéisée, fixée, standardisée au motif d'affermir l'unité nationale, la langue a progressivement mis de côté la diversité des pratiques langagières que, par ailleurs, librement, continue de recueillir l'activité de parole.
Au nom de sa domination, la langue a entraîné des hiérarchisations propres à dévaloriser des formes non institutionnalisées ou non écrites remisées dans des catégories mal perçues : patois, dialectes, pidgins, mélanges, petit-nègre, etc. Au temps de la colonisation, ces hiérarchies ont été exportées afin d'imposer la langue dite civilisée du colon aux locuteurs des langues africaines mésestimées : sans écriture, sans complexité, sans " grammaire ", celles-ci n'étaient pas considérées comme de vraies langues. Il n'empêche : " kan " en bambara, ou " làkk ", en wolof, ne désigne pas tant la " langue " que " le parler " ou même toute manière de communiquer dont dispose un ensemble de personnes à un moment donné dans un espace donné... De sorte que c'est à une tout autre façon de penser le langage que nous porte la considération rendue aux pratiques langagières.
Observer la vie du langage à partir de la notion de " parole " change la manière même d'appréhender la société et l'histoire. À travers les particularités liées aux interactions, aux dialogues, aux échanges que suppose ce terme, il paraît salutaire de vouloir repenser la perspective : à rebours de ce que montre un examen de l'imposition du discours managérial à dominante autoritaire en milieu néolibéral, parler constitue à la fois un devenir et un moyen d'émancipation.
En observant l'éclosion d'une parole libre en 1968 ou plus récemment, en 2019-2020, celle des Gilets Jaunes, en se penchant sur la profusion langagière avec l'exemple du nouchi de Côte-d'Ivoire, ce livre se veut un retour à la parole comme force vive des rapports humains face aux rapports de pouvoir que cherche à instaurer la prévalence de " la " langue.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences sociales / Société > Thèmes et questions de société

  • EAN

    9782381910130

  • Disponibilité

    Disponible

  • Poids

    364 Ko

  • Distributeur

    ePagine

  • Diffuseur

    Editis

  • Entrepôt

    ePagine

  • Support principal

    ebook (ePub)

Cécile Canut

Professeure des universités et chercheure en sociolinguistique à l'université Paris Descartes, Cécile Canut est responsable du programme MIPRIMO, La migration prise aux mots. Elle a publié notamment Une langue sans qualité (2007), Le spectre identitaire, entre langue et pouvoir au Mali (2008), Langue à l'encan, une nouvelle Europe des langues (2009). Elle a réalisé plusieurs documentaires cinématographiques dont Ilia di mudjer (L'île des femmes) en 2014.

empty